Registre numérique

L'enquête publique est close. Le registre numérique n’est plus ouvert, mais vous pouvez consulter les contributions adressées du 9 septembre au 10 octobre 2019.

57 avis

  • Posté le 10 octobre 2019 à 17h29 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour
    Veuillez trouver ci-joint les remarques d'Eau & Rivières de Bretagne sur les modifications du PLU dont l'enquête se termine ce jour
    Vous en souhaitant bonne réception
    Bien cordialement


    20191010_Eau_et_Riviere_PJ.pdf (pdf 197Ko)
  • Posté le 10 octobre 2019 à 17h28 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----
    Bonjour,
    Ce courriel vient en compl??ment de celui post?? le 25 septembre 2019 ?? 11h40 : il concerne l'urbanisation de la zone de Kerouhant ?? Guipavas.
    Pour rappel nous poss??dons une maison ?? l'AFU de Coataudon et nous allons nous retrouver avec une voie structurante mitoyenne de notre jardin. Cette voie partira du rond point de Kerouhant vers la route du Rody: nous allons donc ??tre tr??s impact?? par ce projet.
    A la lecture d'autres commentaires publi??s sur ce site on se rend compte finalement que ce projet d'urbanisation est d??j?? bien avanc?? puisque des discussions entre am??nageur(s) foncier(s) et BMO sont en cours:
    - acc??s par la parcelle AY178,
    - dessertes des parcelles AY15/16/17/18/19/20/21,
    - document "Orientation d'Am??nagement et de Programmation de ce secteur":?? OAP du secteur,
    - projet de restaurant sur les parcelles AY178A et AY180.
    Et donc les questions suivantes:
    - pourquoi est ce que ces documents et tous ceux qui traitent de ce sujet ne font pas partie du dossier "Urbanisation de la zone de Kerouhant ?? Guipavas" ?
    - pourquoi est ce que tous ces documents ne sont pas accessibles ?
    - ?? quoi sert cette consultation puisque tout semble d??j?? d??cid?? ?
    Comme tout semble d??j?? d??cid?? on peut raisonnablement penser qu'il en est de m??me avec le trac?? de la nouvelle voie au d??part du rond point de Kerouhant, projet contre lequel nous sommes r??solument oppos??s pour d'??videntes raisons: d??valuation de notre bien immobilier, nuisances sonores, vibrations et fissures, poussi??res, pollutions diverses, jardin inutilisable, etc.....
    Alors voici les questions que nous nous posons pendant et apr??s les travaux de voirie:
    - qui prend en compte la d??valuation de notre bien immobilier ? cette perte peut d??s ce jour ??tre estim??e entre 20 et 40 Keuros.
    - actuellement notre maison est tr??s saine et sans aucune fissure mais qu'en sera t-il lorsque les passages et le travail des engins de chantier commenceront ?
    - notre entourage se souvient des dommages subis par les propri??taires des parcelles AY25 et AY26 lors de pr??c??dents travaux de voiries et d'am??nagement de la zone commerciale: quelles mesures seront prises pour toutes les parcelles qui se retrouveront mitoyenne de la nouvelle voie ?
    - y aura t-il un ??tat des lieux avant le d??but des travaux ? si oui qui fera se chargera de cette ??tape ?
    - si d??sordres sur notre bien qui les prendra en charge ?
    - quelles sont les mesures qui seront prises au niveau du bruit pendant et apr??s les travaux ?
    - comment seront nous pr??serv??s de tous les d??sordres engendr??s pendant et apr??s les travaux ?
    En esp??rant avoir des r??ponses pr??cises ?? toutes ces questions.
    Cordialement
    --
    Michelle et Jean-Yves

  • Posté le 10 octobre 2019 à 15h21 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour,

    Je reviens vers vous et vous confirme le projet de construction d'un cabinet médical sur la parcelle DX 269 (zone urbaine UC) située 41 rue de Kérourien à Brest.
    (dossier envoyé en janvier 2019)

    La parcelle DX 269 a une surface de 359m2. Le service foncier m'a confirmé un emplacement réservé au sud de la parcelle qui la réduit à environ 270m2.

    Afin de connaître les limites de notre projet, nous souhaiterions une suppression de l'emprise de cet emplacement réservé.

    Je reste à votre disposition pour en discuter ou pour tout renseignement complémentaire.

    Dans l'attente d'une réponse, je vous prie de croire, en l'expression de mes sentiments les meilleurs.

    Arthur Gourmelen

  • Posté le 10 octobre 2019 à 15h15 - Dynamiques urbaines .

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour,

    Je me présente, Gildas de KERMENGUY, habitant de Bohars, Expert Foncier et Agricole à Guilers et intervenant professionnellement en Bretagne.

    Je m’étonne de la volonté de Brest Métropole de vouloir croître en consommant de la terres agricoles ou bien en s’agrandissant sur la mer.
    A l’heure ou la préoccupation écologique et environnementale est grande, où l’on nous demande de consommer local est-il réellement pertinent de supprimer des terres agricoles aux paysans, de les repousser le plus loin possible des villes, et en même temps de risquer de laisser des friches industrielles ou urbaines s’installer.

    La population de l’agglomération Brestoise ne semble pas augmenter de façon significative et dans le même temps, combien de terres ont été construites à Guilers, à Bohars, à Gouesnou, à Guipavas ou encore à Plouzané ?
    Il est plus facile de consommer des champs pour y faire des habitations que de rénover des quartiers de Brest et de repenser les logements brestois d’après guerre qui sont devenus inadaptés à la demande actuelle. Mais n’est-ce pas une vision à court terme ? Que laisserons nous aux générations à venir ? n’est-ce pas égoïste que de ne penser qu’à la facilité de faire des pavillons et collectifs sur des terres qui étaient cultivées jusque-là et qui contribuaient à nourrir les populations locales ?
    Quand donc allons-nous cesser de faire cette artificialisation des sols agricoles ?
    N’est pas cela également que la protection de notre environnement, que de ne pas consommer plus que ce dont nous avons besoin ? Ces terres qui vont être artificialisées d’ici quelques années sont prises à l’agriculture et à la nature. C’est également une destruction de la biodiversité.
    L’objectif de « limiter la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers pour atteindre l’objectif de zéro artificialisation nette » a été inscrit dans le Plan Biodiversité présenté le 4 juillet 2018 par le Gouvernement et que vous trouverez à l’adresse : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/18xxx_Plan-biodiversite-04072018_28pages_FromPdf_date_web_PaP.pdf.

    Pour plus d’informations :
    https://www.strategie.gouv.fr/publications/objectif-zero-artificialisation-nette-leviers-proteger-sols
    https://agriculture.gouv.fr/plan-biodiversite-un-groupe-de-travail-pour-lutter-contre-lartificialisation-des-sols

    Dans mon travail, je vois suffisamment d’immeubles en mauvais état à Brest et des quartiers qu’il faudrait repenser pour suggérer que l’on réhabilite les logements existants. Toujours dans mon travail, mais également comme tout un chacun dans les médias, je constate le mal-être des agriculteurs ; certains réclament davantage de terres proches de leur exploitation pour réduire le temps de transport et les coûts. On risque également de faire reculer les plans d’épandages des terres avoisinantes.

    Je ne dis pas qu’il ne faut pas consommer quelques terres par-ci par-là pour répondre à un besoin réel. Je souhaite que l’on essaie réellement d’endiguer ce phénomène trop courant de consommation d’espaces naturels et agricoles (ou du moins de terres cultivées). Lorsque l’on voit toutes les constructions livrées depuis 4 ans sur les différentes communes entourant Brest, n’y a-t-il pas suffisamment de logements ? La métropole ne peut-elle pas s’offrir de réhabiliter et de repenser l’immobilier existant dans le but de conserver ce qui fait aussi la richesse de notre belle région ?
    J’ai la douloureuse impression que nos élus locaux ont un peu la folie des grandeurs et souhaitent développer la métropole brestoise aux dépens de l’agriculture et de nos jolis paysages.

    Cordialement.

    Gildas de KERMENGUY

  • Posté le 10 octobre 2019 à 14h58 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Mr et Mme Lalande Stéphane
    à
    Mr le Commissaire Enquêteur

    Avis sur le projet de modification du plan local d’urbanisme (PLU) du 9 septembre au 10 octobre 2019 concernant la création d’un emplacement réservé pour la création d’une voirie structurante sur le secteur du Rody-Kermeur Coataudon à Guipavas.

    Bonjour
    Lors de l’achat ,il y a 5 ans de notre maison , nous avons arrêté notre choix au haut du Rody pour la quiétude des lieux, pour la possibilité de s’aérer, marcher, courir entre les deux vallons (Costour et Stangalard).
    Nous ne comprenons pas en quoi ce projet de nouvelle voie (Rond point de Kerhouant et rond de point de Palaren)est nécessaire et surtout pour qui est-elle nécessaire.
    A part à dénaturer l’environnement, à engendrer des nuisances sonores, à polluer et à dévaluer fort probablement les biens environnants.
    Actuellement la rue du Rody dessert les quartiers concernés par ce projet, alors pourquoi une voie secondaire ?
    Nous sommes donc extrêmement défavorable à ce projet.
    Nous vous remercions pour l’intérêt que vous porterez à nos remarques et vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées

  • Posté le 10 octobre 2019 à 14h57 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Dans le cadre de l'enquête publique pour la modification du PLU, je sollicite votre attention au sujet d'un terrain cadastré L802 et d'une surface de 2 170 m2 au lieu-dit Kiliou en la commune de Plougastel.

    Le terrain est classé dans la zone N (dite protégée) mais j'ai noté quelques éléments qui interpellent et qui sont exposés ci-dessous.

    En effet, il n'y a pas d'écosystème/arbres remarquables/plantes remarquables à protéger dans ma parcelle ainsi que dans les parcelles voisines situées ce secteur pouvant justifier cette classification.

    Le village de Kiliou est situé dans un zonage A/AH et est situé à proximité d'un autre village "Kroaz Nevez" (La Croix Neuve) situé dans un zonage UH (on note une concentration urbaine indéniable dans ce village).

    Par ailleurs, il s'avère que les terrains en face et derrière ma parcelle sont classés en zone A et que l'environnement de ces terrains est identique à ma parcelle.

    A toutes fins utiles, je précise que cet achat de cette parcelle est motivé par le projet d'y créer un verger ainsi que de le cultiver et qui donnera un terrain à caractère agricole (à l'origine, cette parcelle était dite de "terre labourable" dans le cadastre napoléonien).

    Au vu de tous ces éléments, je sollicite une modification de la classification de ma parcelle en Zone A en lieu et place de celle actuelle (zone N).

    Je vous remercie de l'attention que vous apporterez à ma requête et vous prie d'agréer, Monsieur le Commissaire Enquêteur, l'expression de mes salutations distinguées.

    Nolwenn LE GUEN

  • Posté le 10 octobre 2019 à 14h21 - Dynamiques urbaines .

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Veuillez trouver en pièce jointe mon avis sur le projet de modification du PLU de Brest Métropole concernant le projet de lotissement dans le quartier de Sainte-Barbe au Relecq-Kerhuon.

    cordialement,
    Isabelle TISON


    ENQUETE_PUBLIQUE_PLU_BREST_secteur_Sainte_Barbe.pdf (pdf 422Ko)
  • Posté le 10 octobre 2019 à 12h58 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur le commissaire enquêteur,

    Concernant la modification du PLU en cours, je sollicite votre attention au sujet de la parcelle cadastrée DV 246 d’une surface de 10a 86ca sise au village de Kermutil.
    Cette parcelle est située dans une zone urbanisée dans un alignement d’habitations.
    Nous ne comprenons donc pas la classification actuelle, s’agissant d’une parcelle dite « dent creuse « .
    En vous remerciant de votre attention,
    Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments respectueux.

    Indivision Juzeau, Le Gall, Borel

  • Posté le 10 octobre 2019 à 12h16 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    projet de modification du PLU concernant le nouvel axe routier Kerouhant/Palaren

    Le projet de création d’un nouvel emplacement réservé entre Kerhouant et Palaren accompagne le classement en 2AU des espaces agro-naturels
    entre Costour et Stangalar qui constituent pourtant des zones d’équilibre écologique (zones boisées et agricoles favorables au maintien de la biodiversité)
    et socio-économiques (maintien d’activités primaires dans une métropole très portée par le tertiaire et le secondaire).
    Le PLU et sa modification semblent inspirés par des logiques d‘urbanisation (le passage du POS au PLU a-t-il privilégié inconsciemment l’urbanisation ?)
    plus que par celle de l’équilibre des affectations de l’espace aux enjeux de demain.
    Il serait utile de reconsidérer avec volontarisme la question des réels besoins en zones à urbaniser à la lumière
    des politiques de densification de l’habitat, de réduction de l’artificialisation des sols, de développement de la biodiversité.

    Dans l’attente de ces réflexions sur la réduction des périmètres à urbaniser à porter dans les prochaines évolutions du PLU (modification et/ou révision),
    il apparaît prématuré de créer cet emplacement réservé pour une voie structurante très impactante, inutile aujourd’hui et très probablement demain,
    avec une meilleure priorité donnée aux espaces agro-naturels et des transports en commun plus efficaces et plus denses.

    Merci de noter mon
    - avis défavorable à l’inscription d’emplacement réservé pour la création d’une voirie structurante sur le secteur du RodyKermeur-Coataudon à Guipavas,
    - demande d’une reconsidération de l’équilibre des zones AU avec les zones agricoles et naturelles.

    Sylviane LA PRAIRIE

  • Posté le 10 octobre 2019 à 12h14 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour,
    Ce courriel vient en compl??ment de celui post?? le 25 septembre 2019 ?? 11h40 : il concerne l'urbanisation de la zone de Kerouhant ?? Guipavas.
    Pour rappel nous poss??dons une maison ?? l'AFU de Coataudon et nous allons nous retrouver avec une voie structurante mitoyenne de notre jardin. Cette voie partira du rond point de Kerouhant vers la route du Rody: nous allons donc ??tre tr??s impact?? par ce projet.
    A la lecture d'autres commentaires publi??s sur ce site on se rend compte finalement que ce projet d'urbanisation est d??j?? bien avanc?? puisque des discussions entre am??nageur(s) foncier(s) et BMO sont en cours:
    - acc??s par la parcelle AY178,
    - dessertes des parcelles AY15/16/17/18/19/20/21,
    - document "Orientation d'Am??nagement et de Programmation de ce secteur":?? OAP du secteur,
    - projet de restaurant sur les parcelles AY178A et AY180.
    Et donc les questions suivantes:
    - pourquoi est ce que ces documents et tous ceux qui traitent de ce sujet ne font pas partie du dossier "Urbanisation de la zone de Kerouhant ?? Guipavas" ?
    - pourquoi est ce que tous ces documents ne sont pas accessibles ?
    - ?? quoi sert cette consultation puisque tout semble d??j?? d??cid?? ?
    Comme tout semble d??j?? d??cid?? on peut raisonnablement penser qu'il en est de m??me avec le trac?? de la nouvelle voie au d??part du rond point de Kerouhant, projet contre lequel nous sommes r??solument oppos??s pour d'??videntes raisons: d??valuation de notre bien immobilier, nuisances sonores, vibrations et fissures, poussi??res, pollutions diverses, jardin inutilisable, etc.....
    Alors voici les questions que nous nous posons pendant et apr??s les travaux de voirie:
    - qui prend en compte la d??valuation de notre bien immobilier ? cette perte peut d??s ce jour ??tre estim??e entre 20 et 40 Keuros.
    - actuellement notre maison est tr??s saine et sans aucune fissure mais qu'en sera t-il lorsque les passages et le travail des engins de chantier commenceront ?
    - notre entourage se souvient des dommages subis par les propri??taires des parcelles AY25 et AY26 lors de pr??c??dents travaux de voiries et d'am??nagement de la zone commerciale: quelles mesures seront prises pour toutes les parcelles qui se retrouveront mitoyenne de la nouvelle voie ?
    - y aura t-il un ??tat des lieux avant le d??but des travaux ? si oui qui fera se chargera de cette ??tape ?
    - si d??sordres sur notre bien qui les prendra en charge ?
    - quelles sont les mesures qui seront prises au niveau du bruit pendant et apr??s les travaux ?
    - comment seront nous pr??serv??s de tous les d??sordres engendr??s pendant et apr??s les travaux ?
    En esp??rant avoir des r??ponses pr??cises ?? toutes ces questions.
    Cordialement

  • Posté le 10 octobre 2019 à 12h12 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Nous avons bien pris note du projet de Lotissement entre la Rue Aliende, Kervitous et Keraudren au Relecq kerhuon, concernant dans un 1er temps la construction d'un collectif et de 30 pavillons et nous nous interrogeons sur la capacité des rues environnantes à absorber la circulation qui en découlera. Nous avons appris qu'aucune sortie n'était prévue Rue Aliende et qu'éventuellement une serait ouverte sur la Route de Kervitous mais en sens unique, donc que le gros de la circulation se ferait par la rue Keraudren puis les Rues Chateaubriand, Jean Bart et Courbet et Laennec. Il s'agira au minimum d'une soixantaine de voitures par jour qui feront des va et vient dans le quartier déjà saturé par les voitures, camions et fourgons garées surtout de 11h à 14h en raison du restaurant proche, en soirée et le week-end. Lors de travaux Rue Lamartine nous avons connu l'expérience de voir un afflux de circulation dans nos rues étroites, des véhicules roulant même à vive allure, au mépris des habitants, des enfants qui y jouent et même des animaux, nous craignons qu'avec ces constructions, le problème devienne journalier. Aux heures de pointe, entre 7h30 et 9 h puis de 16h à 18H il est parfois difficile de sortir du quartier sur la rue Lamartine, qu'en sera t'il à ce moment là avec le surplus de voitures que va nous apporter ce projet. De plus, pendant les travaux, tous les camions et engins passeront également par ces voies étroites pendant des mois, occasionnant nombre de désagréments et risques d'accidents.

    Des habitants de la Rue Jean Bart LE RELECQ KERHUON

  • Posté le 10 octobre 2019 à 12h11 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    Je vous remercie de bien vouloir prendre en compte les observations suivantes relatives à l'urbanisation de la zone Sainte-Barbe au Relecq-Kerhuon (PLU facteur 4).

    J'habite le 9 rue de Keraudren en limite de la zone à urbaniser.

    Les orientations de BMO et de la commune du Relecq-Kerhuon concernant la préservation des haies et talus ne semblent pas devoir être respectées de la même manière dans chacune des limites du terrain à bâtir .

    En effet à la lecture du plan :

    - Le talus de la zone Nord est respecté ce qui va dans le sens de l'absence de volonté d’ouvrir un accès sur le boulevard Allende et les talus bordant la rue de Kervitous font l'objet d'une mention spéciale pour leur préservation . les talus de la zone Ouest sont aussi préservés.

    - Dans la zone Sud , une ouverture est prévue rue de Keraudren pour un accès en double sens (au sujet duquel je partage l'opposition des autres riverains)
    Si je peux comprendre que la partie du talus qui permettra cet accès ne soit pas préservée, je m'interroge sur les raisons qui motivent la démolition du talus qui délimite ma propriété . Cette démolition la mettra en continuité directe avec le lotissement . Y a t'il une raison qui justifie de sacrifier cette partie de talus arboré ?

    Comptant sur votre compréhension,
    Sincères salutations.

  • Posté le 10 octobre 2019 à 12h06 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour,

    Dans le cadre de la consultation publique en cours, en temps qu' habitant du secteur j émets les réserves ci-dessous :
    1) l accès à la future zone d habitation ne semble pas convenable, en effet compte tenu de sa largeur, de son état, et de son débouché sur la voie déjà très fréquentée ainsi que du four centennaire à préserver.
    2) la station d épuration de kerziou sera-t-elle suffisamment dimensionnée pour recevoir les nouveaux volumes à collecter ?
    3) est ce que la voie de desserte existante sera sécurisée car elle présente déjà des risques identifiés pour les piétons et velo et notamment les enfants empruntant les transports scolaires, données déjà précisées lors des visites de quartier faites avec la municipalité.
    4) quid de la gestion des eaux pluviales dans ce nouveau lotissement .gestion totalement anarchique dans le secteur bordant pourtant le littoral.

    Merci de la prise en compte de ces considérations, je reste dans l'attente de vous lire en retour.

    Cordialement.

    Sylvain Le Roux

  • Posté le 10 octobre 2019 à 12h04 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour,
    Est-ce que les perspectives d'augmentation de la circulation automobile ont été évaluées .
    La destruction de la biodiversité quand faite vous ?
    Catherine A

  • Posté le 10 octobre 2019 à 12h02 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur le commissaire enquêteur,

    je suis propriétaire de la parcelle DX 51 sur le village de Traon Liorzh, depuis 2008.
    Cette propriété était classée en Zone NH.
    En Aout 2012, j'ai obtenu un PC pour rénovation extension, parcelle toujours classée en NH,
    les travaux ont démarré en Juillet 2014.
    En Avril 2015, le maire a pris un arrêté interruptif des travaux, déjà bien engagés.
    arrêté annulé par le TA du 28/12/2018,
    Entre temps, le PLU a été modifié en 2014, et cette parcelle classée en Zone A,
    avec pourtant la maison d'origine dessus, et le PC validé.
    N'étant pas dans la région, à ce moment-là, je n'en ai pas eu l'information,
    Ce projet de rénovation extension visait à aboutir sur une résidence principale, une fois à la retraite.
    Je suis en retraite à présent, et ai dû prendre une location à Plougastel, dans l'attente de la reprise des travaux.
    Le changement de destination de la parcelle en zone A impacte ce projet,
    et au moment où je dois reconsidérer le projet initial, le classement de la parcelle est incompatible avec le projet,
    il est nécessaire que le classement de cette parcelle soit revu,
    c'est l'objet de ma demande.
    Parcelle pour laquelle j'ai continué à m'acquitter de mes impôts fonciers, avec du Bâti, et des taxes d'habitation,
    ainsi que la taxe d'aménagement.

    2ème point :
    j'en profite pour demander également ce qui justifie l'extension de l'Espace Boisé Classé à ma parcelle,
    car le vieux chêne existant sur une parcelle voisine, datant de la Révolution, avait été abattu par une tempête, bien avant mon acquisition,
    seul subsiste un autre grand Chêne, non attenant à mes limites de propriété.
    J'avais déjà envoyé une demande à BMO droits des sols le 27 Juin 2012,
    mais restée sans réponse.
    Est-il possible de reconsidérer le périmètre de cet Espace Boisé Classé ?

    Je vous remercie de la considération que vous porterez à ma demande,

    Bien cordialement,

    Yannick Horellou

  • Posté le 10 octobre 2019 à 12h01 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour,
    Ce courriel vient en compl??ment de celui post?? le 25 septembre 2019 ?? 11h40 : il concerne l'urbanisation de la zone de Kerouhant ?? Guipavas.
    Pour rappel nous poss??dons une maison ?? l'AFU de Coataudon et nous allons nous retrouver avec une voie structurante mitoyenne de notre jardin. Cette voie partira du rond point de Kerouhant vers la route du Rody: nous allons donc ??tre tr??s impact?? par ce projet.
    A la lecture d'autres commentaires publi??s sur ce site on se rend compte finalement que ce projet d'urbanisation est d??j?? bien avanc?? puisque des discussions entre am??nageur(s) foncier(s) et BMO sont en cours:
    - acc??s par la parcelle AY178,
    - dessertes des parcelles AY15/16/17/18/19/20/21,
    - document "Orientation d'Am??nagement et de Programmation de ce secteur":?? OAP du secteur,
    - projet de restaurant sur les parcelles AY178A et AY180.
    Et donc les questions suivantes:
    - pourquoi est ce que ces documents et tous ceux qui traitent de ce sujet ne font pas partie du dossier "Urbanisation de la zone de Kerouhant ?? Guipavas" ?
    - pourquoi est ce que tous ces documents ne sont pas accessibles ?
    - ?? quoi sert cette consultation puisque tout semble d??j?? d??cid?? ?
    Comme tout semble d??j?? d??cid?? on peut raisonnablement penser qu'il en est de m??me avec le trac?? de la nouvelle voie au d??part du rond point de Kerouhant, projet contre lequel nous sommes r??solument oppos??s pour d'??videntes raisons: d??valuation de notre bien immobilier, nuisances sonores, vibrations et fissures, poussi??res, pollutions diverses, jardin inutilisable, etc.....
    Alors voici les questions que nous nous posons pendant et apr??s les travaux de voirie:
    - qui prend en compte la d??valuation de notre bien immobilier ? cette perte peut d??s ce jour ??tre estim??e entre 20 et 40 Keuros.
    - actuellement notre maison est tr??s saine et sans aucune fissure mais qu'en sera t-il lorsque les passages et le travail des engins de chantier commenceront ?
    - notre entourage se souvient des dommages subis par les propri??taires des parcelles AY25 et AY26 lors de pr??c??dents travaux de voiries et d'am??nagement de la zone commerciale: quelles mesures seront prises pour toutes les parcelles qui se retrouveront mitoyenne de la nouvelle voie ?
    - y aura t-il un ??tat des lieux avant le d??but des travaux ? si oui qui fera se chargera de cette ??tape ?
    - si d??sordres sur notre bien qui les prendra en charge ?
    - quelles sont les mesures qui seront prises au niveau du bruit pendant et apr??s les travaux ?
    - comment seront nous pr??serv??s de tous les d??sordres engendr??s pendant et apr??s les travaux ?
    En esp??rant avoir des r??ponses pr??cises ?? toutes ces questions.
    Cordialement

  • Posté le 10 octobre 2019 à 11h56 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Objet : Modification du plan local d’urbanisme de Brest métropole Enquête publique du 9 septembre au 10 octobre 2019

    Monsieur, nous vous prions de trouver ci-joint les observations que nous apportons à l'enquête publique dont vous assurez la conduite. Vous en souhaitant bonne réception, nous vous prions d'agréer l'expression de nos sentiments distingués.

    Association A Quoi Ca Serre [?]


    PLUI_Enquete_publique.pdf (pdf 354Ko)
  • Posté le 10 octobre 2019 à 11h47 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur le Commissaire enquêteur,

    en complément de mon mail de ce matin je vous transmets ce document qui fait référence aux documents du SCOT et en particulier sur la nécessaire préservation des réservoirs de biodiversité.
    Si cet espace situé entre le conservatoire botanique du Stangalarc'h et la vallée du Costour n'est pas concerné je ne comprendrais pas.
    La réalisation de cette axe est donc en opposition au SCOT.

    Je vous souhaite bonne réception de ce document.

    Alain LAMOUR


    SCOT_et_biodiversite.pdf (pdf 128Ko)
  • Posté le 10 octobre 2019 à 11h46 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Madame LE VERN Odile
    &
    Monsieur LE VERN Henri

    Pour
    Indivision le VERN – SIMONI

    Brest, le 09 Octobre 2019

    Objet : Demande d’ouverture de l’urbanisation,
    Monsieur,

    Par la présente nous venons demander une ouverture de l’urbanisation de la zone sur laquelle se trouve notre parcelle sise 90 Route de Quimper à Brest dont la référence cadastrale est AZ n°47.
    Cette parcelle était classée zone urbaine (UC) jusqu’à la révision du Plan d’Occupation des Sols en 1979. A la suite de la révision du POS en 1985, la parcelle a été classée en zone naturelle (NDF) puis ce classement a été maintenu jusqu’à la dernière révision du Plu en 2014.
    Notre dernière demande de modification pour un passage en zone U a reçu un avis défavorable car la parcelle se trouve dans le projet de Trame Verte et Bleue.
    Comme vous le constaterez sur les documents en PJ. Le projet de Trame Verte et Bleue ne concerne qu’une partie de la parcelle. Cette partie du terrain est arborée, une pente de 60% et un dénivelé d’une quinzaine de mètres. Ces bois étant déjà classés il est évidemment hors de question pour nous d’y toucher ou d’apporter la moindre modification à cette partie du terrain.
    A noter que la parcelle section AZ n°626 / 636 / 634 se trouvant en zone UH dispose d’une partie du terrain se trouvant aussi sur le projet Trame Verte et Bleue. Il en va de même pour toutes les parcelles AZ n°758 / 759 / 756 / 792 / 793. Pour autant toute les parcelles n’ont pas été reclassées en zone NL comme cela a été le cas pour nous.
    Ce terrain étant viabilisé et équipé de deux dessertes donnant sur la rue de Quimper, nous aimerions donc que vous considériez notre demande d’ouverture de l’urbanisation et de la modification du zonage de notre parcelle pour que cette dernière soit classée en zone UC.
    Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

  • Posté le 10 octobre 2019 à 11h38 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour, je vous retransmets ce mail identique à celui de ce matin, 1 faute en moins. Merci

    Alain LAMOUR

    Monsieur Le Commissaire enquêteur,

    ayant eu connaissance de ce projet je me permets, via ce mail, de vous transmettre certaines remarques :
    * en 2005 et 2006 des groupes de travail, animés par l'ADEUPA, avaient suggéré des aménagements doux sur cet espace vert en amont d'une future urbanisation. Entre-autres suggestions l'idée que cet écrin soit préservé avait été émis mais que tout au moins un corridor environnemental reliant le vallon du Stangalarc'h à la vallée du Costour soit mis en place. Cela n'avait pas été retenu. Il est vrai que nous étions, il y 15 ans maintenant, sur des projets d'urbanisation important. De fait les 100 ha de terres agricoles de cet espace avaient tous été classés en urbanisables. Nous passions d'un quartier d'un peu plus de 100 maisons à une mini-ville de 3 500 logements.
    * en 2012 le PLU a été révisé. La nécessité de réduire la consommation d'espace agricole avait fait son chemin. De plus la prise en compte de l'environnement et du besoin d'espaces verts pour la population a fait que la surface urbanisable de ce quartier a été réduite de 40 ha. Une partie de ces 40 ha étant même classée en zone "N" et en particulier toutes les parcelles proches du vallon du Stangalarc'h et de la vallée du Costour. De plus le corridor environnemental a été clairement identifié (voir zone hachurée en vert sur le plan joint) permettant ainsi le jointure entre 2 zones exceptionnelles qui sont fréquentées par des milliers de marcheurs tous les ans. sans omettre bien évidemment les allers retours des animaux (chevreuils, renards, écureuils gris...) qui y transitent en tout sécurité.
    Les élus de BMO de l'époque et en particulier, Jean-Pierre CAROFF alors président de la commission urbanisme, avaient bien entendu les demandes des particuliers mais également de la profession agricole (Chambre d'agriculture entre-autres) et avaient été dans le sens d'une prise en compte de l'Environnement et du maintien d'une activité agricole de proximité.
    * aujourd'hui, et après tant d'énergie dépensée et de temps passés à défendre le bien commun BREST METROPOLE souhaite rayer cet engagement de la carte de ce territoire. En effet, dès lors que ce futur axe (de 18 mètres de large ?) traversera le quartier il ne sera plus question de prise en compte de l'Environnement ni de préservation de la faune et de la sécurité des habitants.

    De fait, et c'est ce que Brest métropole souhaite, cet axe sera les prémices d'une urbanisation forcenée qui annihilera tous les engagements antérieurs des élus.

    Quand on voit la photo aérienne de cet espace exceptionnel on constate que cela est une richesse naturelle pour la métropole. Il est idéalement situé entre le conservatoire botanique mondialement connu, le Moulin blanc, Océanopolis, la trame verte et bleue, le Costour, la ville de Brest, celle du Relecq Kerhuon, la partie Ouest de Guipavas, à quelques encablures de Plougastel via l'ancien pont... Autant d'atouts que bien des villes en France voudraient posséder afin de pouvoir y développer des exploitations en circuits courts, des jardins familiaux, des coulées vertes, des espaces pédagogiques... Brest, par contre, veut bétonner...

    Ce jour je demande donc que cet axe ne soit pas mis en œuvre et que ce quartier reste en l'état et permette le développement d'une agriculture de proximité comme cela se fait dans des dizaines de villes en France qui ont su préserver des espaces de respiration et d'économie verte qui font cohabiter en bonne intelligence habitants proches et plus lointains, faune, flore, activités économiques, développement local, convivialité, sport, détente, cultures...

    Je reste à votre disposition en souhaitant que ces lignes retiennent toutes votre attention je vous prie de recevoir, M. Le Commissaire enquêteur, l'expression de mon profond respect.


    Photo_aerienne_Kermeur_01.pdf (pdf 196Ko)
  • Posté le 10 octobre 2019 à 11h35 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur le commissaire enquêteur,
    Lors de ma visite en mairie de Plougastel le 25/09/2019, mon cas particulier a été évoqué. Propriétaires de la parcelle N° 54 à Toul ar Rohou au 296 route du rocher de l'impératrice depuis plus de 30 ans, nous avons constaté q'une partie de notre terrain était classée en zone boisée à préserver alors qu'elle entièrement constructible lors de son achat. Nous voudrions savoir à quelle date ce classement a été fait. Il n'y a aucun arbre remarquable à conserver dans cette partie. Nous demandons donc que cette délimitation soit modifiée afin que toute la parcelle soit dans le même zonage. Nous avons déjà rencontré un commissaire enquêteur le 20/09/2013 qui nous a demandé de faire un courrier avec photos, ce que nous avons fait.

    Veuillez recevoir nos sincères salutations

    Me Farcy Danièle

  • Posté le 10 octobre 2019 à 11h27 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur le commissaire enquêteur

    Le projet de tracé de la nouvelle voirie qui doit traverser le cœur du quartier de Kermeur Coataudon m’interpelle sur différent point:
    • Actuellement une part très importante du trafic qui traverse le quartier est en réalité constitué de véhicules en transit (liaison port, Porte de Guipavas). Si vous persistez sur ce tracé, vous allez créer un Boulevard de Coataudon BIS, au cœur du quartier de Kermeur-Coataudon, qui a déjà une circulation très dense au heure de pointe.
    • Or ce projet va rajouter de part et d’autre, de Kermeur Coataudon (3) une nouvelle voie d’accès au quartier [ voir schéma : (1) et (2) au nord puis (4) et (5) au sud] et donc engorger encore plus la route qui traverse Kermeur-Coataudon.
    • Je m’étonne aussi que l’on choisissent comme axe principale une route existante dont toutes les maisons débouchent directement sur la voie. Il me semblait que des recommandations d’urbanisme, stipulaient qu’un axe principal ne devait pas avoir d’accès individuel direct à une propriété, mais que ces accès devait être mutualisés (route pour accéder à un quartier).
    • Il faut éviter ce schéma et avoir un axe fluide permettant d’accéder aux futurs quartiers de façon sécurisée. Il faut donc que cette axe ne traverse pas le cœur du quartier de Kermeur Coataudon. Il a sûrement d’autres possibilités plus à l’ouest.
    • En début d’année nous avons eu une rencontre avec les élus sur le terrain, le sujet majeur de cette réunion était la sécurité des riverains, donc faire ralentir les véhicules afin que les habitants puissent sortir de leur propriété sans danger.

    Ci-dessous la représentation rapide (au erreur près) du projet de la futur voirie qui doit relier Kerouhant à Palaren, afin d’étayer mes propos :

    Mais ce nouveau projet va à l’encontre des promesses des élus .

    Philippe KERSALÉ


    PJ_02.jpg (jpg 236Ko)
  • Posté le 10 octobre 2019 à 11h14 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    A Monsieur le Commissaire Enquêteur,
    Veuillez trouver ci- joint notre avis sur le projet de modification du plan local d'urbanisme (PLU) concernant la création d'un emplacement réservé pour la création d'une voirie structurante sur le secteur du Rody-Kermeur Coataudon à Guipavas
    Kerdraon j


    courrier__Enquete_publique_modif_PLU_2019.pdf (pdf 231Ko)
  • Posté le 10 octobre 2019 à 11h11 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    bonjour
    Dans le cadre de l'enquête publique en cours relative à la modification du PLUi facteur 4 de Brest Métropole, je vous prie de trouver ci-joint le courrier de mes parents sollicitant l'inscription de trois bâtiments situés à Guernarc'hant à Guipavas à l'inventaire des bâtiments d’intérêt patrimonial situés en espace rural pouvant faire l’objet d’un changement de destination.
    Pouvez vous s'il vous plait accusé réception de cet envoi. merci
    bonne fin d'après midi
    C. Kerboul


    20191009_lettre_ce_incription-batiment-kerboul-inventaire-plui-bm.pdf (pdf 1,94Mo)
  • Posté le 10 octobre 2019 à 11h07 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour Monsieur Le Goff,
    Nous venons par la présente vous adresser notre avis sur la deux voies au lieu dit KEROUANT que la BMO compte effectuer juste derrière
    notre maison, située 44 rue tristan corbière à Guipavas. tél 02 98 02 08 51.
    Cette route va dévaloriser notre maison.
    Nous vous demandons, étant persuadés que nous ne pourrons rien faire contre la BMO pour ce projet, une protection (mur) pour le bruit
    occasionné par cette deux voies ainsi que l'isolation au niveau de nos fenêtres.
    Nous vous remercions de nous tenir au courant de ce dossier.
    cordialement

    Mr et Mme ROUSSEAU Jean Michel

  • Posté le 10 octobre 2019 à 10h59 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur

    Lors dernière modification de la route empruntant le secteur de Kermeur Coataudon, nous avons
    Constaté une très importante augmentation du trafic, de la vitesse et des difficultés pour accéder à
    la route en sortant de chez nous.
    Le projet de la nouvelle voierie ne pourra qu’aggraver le trafic et poser de gros problèmes.
    Je pense qu’une autre solution serai de faire passer la route à l’ouest de Kermeur Coataudon, afin
    d’éviter les accès individuels à cet axe rapide.

    Monsieur LOUARN Roger

  • Posté le 10 octobre 2019 à 10h22 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur,
    Veuillez trouver en pièce jointe un courrier relatif au projet de modification du PLU pour le secteur de Lauberlac'h en Plougastel Daoulas rédigé par un collectif de riverains.

    Merci de nous informer du calendrier de la procédure et particulièrement du jour de la délibération du projet en conseil de métropole.

    Cordialement

    Jacques Cosson
    Pour le collectif des habitants de Lauberlac'h


    Courrier_enquete_modif_PLU_v4.doc (doc 1,96Mo)
  • Posté le 10 octobre 2019 à 10h15 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Madame. , Monsieur
    Dans le cadre du projet de modification du PLU 2019 sur les prescriptions pour les bâtiments d'intérêt architectural ou patrimonial situés en zone rurale pouvant faire l'objet d'un changement de destination , il apparaît d'après le projet 121 à l'adresse 9003 VIZAC Guipavas 29490 qu'il y a eu inversion entre les parcelles AR 79 et les bâtiments de la parcelle AR à 80 dont je suis propriétaire.
    Le bâtiment du projet 121 est sur la parcelle AR 80.
    Cette parcelle supporte des bâtis à l'est et à l'ouest pouvant faire l'objet de transformations en habitations .
    Vous trouverez en pièces jointes un extrait du plan cadastral et des photos prises ce jour .
    Cordialement
    Emmanuelle PONROY


    20191010_Ponroy_PJ.pdf (pdf 190Ko)
  • Posté le 10 octobre 2019 à 09h59 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur le Commissaire enquêteur ,

    je vous livre un avis dans le cadre de la consultation ouverte , relative au projet de lotissement sainte Barbe au Relecq-Kerhuon , zone d'urbanisation du plu page 42 :

    c'est surtout la desserte prévue qui pose question : la petite rue de Keraudren , voie sans issue à ce jour , serait la rue d'accès à un lotissement d'au moins 30 maisons (dans un premier temps …) c'est une rue étroite et qui plus est où les résidents se garent car n'ayant pas de garage , où les trottoirs n'existent pas .

    les autres rues qui y mènent sont de même nature , rues Jean Bart , Chateaubriand , Courbet , Laennec … sauf peut être légèrement plus larges , avec des véhicules des deux côtés pour les mêmes raisons mais aussi plus encombrées , notamment le midi , par des fourgons de professionnels lors des pauses déjeuner , et le soir par les résidents .
    un accès unique par cette petite rue et plus généralement par le bas du futur lotissement génèrera forcément des tensions , du bruit , de la pollution , des bouchons ( notamment pour accéder à la rue Lamartine , déjà bien embouteillées aux heures de sortie du CMB/Arkéa ) et des risques importants pour la sécurité des piétons et écoliers dans un quartier et des rues qui sont dans l'impossibilité technique d'avoir des trottoirs .

    la solution qui paraît simple , logique et évidente serait une desserte entrée/sortie par le nord , avenue Président Allende , qui donne directement sur la parcelle à lotir , et ce même si cela suppose quelques travaux de voirie , et au pire utiliser la petite rue de Keraudren en sens unique , avec une sortie soit avenue Allende , soit rue de Kervitous , en haut du lotissement ( rue elle aussi très étroite et proche d'une école …) à passer elle aussi en sens unique puis jusqu'à l'avenue Allende .

    vous remerciant par avance de prendre en compte cet avis , recevez nos salutations distinguées Mme et Mr Tanguy

  • Posté le 10 octobre 2019 à 09h57 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur le Commissaire Enquêteur

    Nous souhaitons vous faire part de notre avis au sujet de la création d'un emplacement réservé pour la création d'une voirie structurante entre Kerhouant et Palaren à Guipavas.

    Nous sommes propriétaires indivis de la parcelle qui se situe à l'angle de la VC4 et de la rue des hirondelles, à Kermeur Coataudon, Guipavas. Sur cette parcelle, il y a un emplacement réservé pour la création d'une voirie - réservation en diagonale qui coupe le terrain en 2 parties!

    Nous sommes opposés à la réservation foncière référencée 238/A/BM sur notre parcelle.

    Pour les Consorts BOULIC, Marie Hélène BIHANNIC

  • Posté le 10 octobre 2019 à 09h50 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    En tant qu'habitants de Kermeur Coataudon, Guipavas, nous vous faisons part de nos observations sur le projet de modification du PLU en ce qui concerne la création d'un emplacement réservé pour la création d'une voirie structurante entre le rond-point de Kerhouant et le rond-point de Palaren à Guipavas.
    - Une partie des emplacements réservés pour la création de cette voirie sont situés en zone urbanisée à dominante pavillonnaire : l'AFU de Coataudon, Kermeur Coataudon, rue des hirondelles, rue des bergeronnettes, Mesgalon.
    - Le quartier de Kermeur Coataudon est déjà fortement impacté par le trafic routier sur la VC 4. Cette voie est devenue une voie de transit entre la zone du Moulin Blanc et les zones commerciales et industrielles du Froutven et de Kergaradec et même la RN 12! Dans le projet présenté dans le dossier d'enquête publique, 2 nouveaux tronçons de voirie viendront se greffer sur la portion de VC4, à Kermeur Coataudon : celui venant de Kerhouant au nord et celui venant de Palaren au sud. Le trafic s'intensifiera inévitablement au coeur du quartier de Kermeur Coataudon!

    Nous pensons qu'il y a d'autres alternatives à ce tracé de voirie principale sur le secteur Coataudon-Le Rody.

    Gérard et Marie Hélène BIHANNIC

  • Posté le 10 octobre 2019 à 09h49 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur le commissaire enquêteur,

    Brest Métropole Habitat réalise sur le territoire de Brest métropole de nombreuses opérations de constructions immobilières, avec une part importante en renouvellement urbain, au sein de tissus constitués de la métropole.

    Contribuant au développement de nouveaux modes de faire la ville, BMH a une politique architecturale innovante, systématisant le mode du concours quel que soit la taille de l’opération et adaptant l’écriture architecturale aux différents contextes urbains.

    Il est ainsi apparu certaines difficultés d’application de règles du PLU qu’il nous apparaitrait utile de revisiter à l’occasion de la présente procédure de modification, dans un objectif de simplification et de sécurisation de nos opérations. Il s’agirait de proposer :
    - de supprimer la règle du vélum qui parait difficilement applicable dans des contextes urbains trop hétérogènes,
    - de préciser l’article 6 (UC et UH) sur les constructions avoisinantes à prendre en compte dans la définition des distances des constructions par rapport aux voies.

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le commissaire enquêteur, l’expression de mes salutations distinguées.

    Thierry Provost

  • Posté le 10 octobre 2019 à 09h30 - Stéven F.

    Monsieur le Commissaire enquêteur,
    Ci-dessous mes observations sur le projet de modification du PLU concernant le nouvel axe routier Kerouhant/Palaren

    Avec grande surprise et étonnement, je m'aperçois qu'en 2019 les projets d'urbanisme destructeurs de l'environnement et économiquement très discutables ressortent des cartons poussiéreux.
    Est-ce qu’en 2019, les projets d’urbanisation conçus dans les années 2000 ont encore leur place dans cette belle Métropole Brestoise ?

    Alors que des sociétés privées d'aménagement du territoire ( UNAM ) se posent la question suivante : ‘' Quelle place de la nature dans les aménagements de la ville ? ‘' La Métropole Brestoise au moins ne s'embête pas trop avec la partie environnementale.
    Je m'explique : aujourd'hui nous avons la chance d'avoir une agglomération disposant d'axes routiers relativement bien développés et non sujets à des bouchons très contraignants ( comparés aux grandes agglomérations ). Si nous prenons le cas de l'aménagement du Rody, l'axe routier du Rody-Palaren est jusqu'à aujourd'hui très acceptable. Et d'un coup, après plusieurs années d'attente, le projet des années 2000 ressort et la construction d'un nouvel axe semble idéale sur papier du moins.

    Or,
    - une route principale existe déjà et augmenter la grosseur des tuyaux va provoquer forcément un appel d'air et donc une augmentation très significatifs de la circulation.
    Je ne suis pas très convaincu qu'elle va permettre de désengorger d'autres grands axes mais sait-on jamais...

    En tout cas, il va certainement remporter les challenges suivants :
    - destruction de l’éco-sytème très riche du secteur. Comment allez-vous gérer cette nature très riche : salamandres, échassiers, chevreuils…Les chasseurs auront-ils le permis de tuer les chevreuils Brestois près de la rue des Hirondelles ?
    - augmenter la densité de circulation dans une proche zone SEVESO… Les poids-lourds citernes pourront-ils emprunter cette route ‘verte' ?
    - supprimer une zone très utilisée par les marcheurs, randonneurs et familles. Faudra-t-il prendre obligatoirement sa voiture pour descendre jusqu’au Moulin-Blanc ou accéder au Vallon du Stangalard pour les Guipavasiens?
    - tuer l'activité d'un des seuls agriculteurs cultivant ses légumes à quelques mètres de Brest. Quid de la pollution des automobiles sur ces terres cultivées. Pour rappel, ces légumes sont vendues aux consommateurs Brestois.

    Il faudra bien entendu intégrer dans la finalisation de ce dossier le combat de tous les riverains actuels et bien entendu des associations liées à la nature. Nous sommes en 2019 et j'ai comme l'impression que la Métropole gère sa faune, Flore à la Bolsonaro ou du moins comme l'extrême droite des Pays émergents... En tout cas, un bon combat associations nature & riverains/ Métropole en perspective. Quand toutes les Métropoles mettent en place un plan de limitation de circulation des véhicules vers les centre-ville , la Métropole Brestoise renforce son réseau routier et donc les nuisances sonores, l'urbanisation à outrance, la destruction de sa faune & Flore... Est-ce que l’éco-système du Vallon du Stangalard va pouvoir intégrer toute cette urbanisation à outrance ? A bientôt pour ce combat à venir...

  • Posté le 09 octobre 2019 à 23h53 - Laurent H.

    Bonjour,

    Mon commentaire porte sur le projet d’aménagement du quartier Sainte-Barbe au Relecq Kerhuon.

    Les points qui m’interrogent sont les suivants :

    - comment imaginer que les habitants les plus concernés par ce projet (rues Kéraudren, Chateaubriand, Jean Bart, ...) puissent avoir été suffisamment informés du fait de l’absence de panneau affiché dans ce quartier ? Il semblerait que l’unique affichage ait été posé Boulevard Allende, c’est-a-dire dans une zone actuellement non concernée ! Que prévoit la réglementation en pareil cas ?

    - Pour une centaine de logements prévus, le projet ne prévoit qu’un accès via la rue Kéraudren et le vieux quartier alentour, totalement inadapté au niveau de trafic attendu : largeurs de rue rendant tout croisement impossible, absence de trottoirs, voitures obligées de stationner dans la rue du fait d’absences de garages, ÉNORMÉMENT de camionnettes stationnées à la mi-journée du fait de la présence du restaurant ouvrier rue Lamartine, rues sinueuses (Courbet notamment) accentuant les risques d’accident dans cette zone servant de lieu de passage aux enfants vers l’ecole Jules Ferry, fortes difficultés à s’extraire de ce quartier aux heures de pointes (Arkea) aux stops donnant sur la rue Lamartine, ...

    - le projet évoque un « éventuel » accès du nouveau lotissement via la rue Kervitous. Comment sérieusement envisager d’augmenter la circulation dans cette rue extrêmement étroite, sur laquelle débouche le chemin piétonnier emprunté par les écoliers de Jules Ferry ? Concrètement : actuellement, une voiture arrivant du nord ne peut s’engager dans la rue qu’après avoir constaté l’absence de voiture venant du sud (et inversement). Que se passe-t-il si un véhicule s’y engage en provenance du futur nouveau quartier alors qu’une autre voiture s’y est déjà engagée depuis le nord ou le sud ? Imaginer qu’on puisse densifier la circulation dans cette rue est inquiétant, voire irresponsable étant donnée la dangerosité actuelle de la double fréquentation véhicules / écoliers piétons.

    - Comment surtout comprendre l’absence de débouché de ce futur nouveau lotissement sur le boulevard Allende, axe parfaitement dimensionné pour absorber le nouveau trafic généré ? Cette absence sera évidemment pénalisante pour les résidents actuels du quartier situé au sud (rues Keraudren, Chateaubriand, ...) mais également pour les futurs résidents du nouveau lotissement obligés de louvoyer pour s’extraire de la zone, que ce soit en direction du Moulin Blanc, de Brest-nord ou du centre du Relecq Kerhuon. Autre cas concret : les écoliers, collégiens ou lycéens de ce futur lotissement auront un arrêt de bus à proximité immédiate sur le boulevard Allende, mais pour y accéder ils devront redescendre tout le quartier avant de remonter en passant à pied par la fameuse rue Kervitous (3 mètres de large, pas de trottoir).

    Ma principale opposition au projet tel qu’il est présenté porte donc sur l’accessibilité a ce nouveau lotissement concentré uniquement sur un vieux quartier aux rues totalement inadaptées, alors qu’aucun accès n’est prévu sur un boulevard situé en bordure. C’est absurde.

    Et enfin, dans cette zone déjà fortement urbanisée, pourquoi encore vitrifier des terres au profit de la quantité de l’immobilier et au détriment de sa qualité ? Les enjeux environnementaux n’imposeraient-ils plus d’espaces verts, de terres agricoles ou jardins partagés ? Dans cette zone fortement en pente vers la mer, c’est autant de surface d’absorption des eaux de pluie en moins...
    Il ne me semble pas vital de devoir forcement boucher cette « dent creuse » à coup de béton.

    Cordialement,

    Laurent Helias

  • Posté le 09 octobre 2019 à 22h59 - Michel R.

    Bonjour
    Veuillez trouver ci- joint l'avis de l'association Brest à Pied et à Vélo :


    BaPaV_PLUi_V1.pdf (pdf 97Ko)
  • Posté le 09 octobre 2019 à 20h59 - Damien M.

    Avis concernant la modification 4 - Ouverture à l'urbanisation de la zone 2AUCde Sainte Barbe au Relecq-Kerhuon

    Au vu du projet proposé, nous demandons que soit étudié l'accès au nouveau lotissement par la rue du président Allende au nord, plutôt que par la rue Keraudren, qui devrait être privilégié pour les piétons par exemple.

  • Posté le 08 octobre 2019 à 22h36 - Laurent L.

    Monsieur le Commissaire enquêteur,
    Ci-dessous mes observations sur le projet de modification du PLU concernant le nouvel axe routier Kerouhant/Palaren
    Le projet prévoit un axe routier structurant du rond point de Kerouhant au rond point de Palaren :
    Cette nouvelle route va densifier la circulation Nord/Sud à travers le Rody et délester la RN165 qui est une 4 voies dont la vocation est de desservir le port et la sortie vers Quimper.
    Les automobilistes iront au plus court bien évidemment.
    Les bouchons se formeront donc à Palaren et non plus au rond point de Kergleus sur la commune du Relecq-Kerhuon !
    Le trafic routier intense (bruit + pollution) va dégrader l’échosystème du vallon du Stangalar tout particulièrement dans sa partie Sud où vivent salamandres, chevreuils, échassiers…
    Faciliter l’accès au port de commerce par une nouvelle route traversant le Rody est incompréhensible et contraire à une logique de développement durable que le PLU est justement censé respecté.
    En effet, cela va saturer le rond point de Palaren, cinq points d’entrées sur ce rond point non dimensionné pour un tel flux routier, pour rappel, le rond point de Pen ar Cleus à cinq accès et malgré sa taille est saturé aux heures de pointes !
    Que dire des rues Eugène Berest (Moulin Blanc), Alain Colas (Océanopolis)et Montjarret de Kerjégu (stocks pétrolier et gaz, zone Sévéso) qui vont subire un flux routier inadapté à la structure routière existante et aux différents secteurs traversés (plage, port de plaisance, Océanopolis, Cuves hydrocarbure, trafic poids lourds citernes carburant déjà en difficulté d’accès au site d’approvisionnement.
    Les rues évoquées desservent des zones sur lesquelles il ne faut surtout pas augmenter le nombre de véhicules :
    Plage du Moulin Blanc : secteur de promenades et loisirs
    Océanopolis : secteur culture/loisirs
    Site d’approvisionnement en carburant : secteur à risque type Seveso où il faut plutôt éviter de densifier la circulation pour permettre une évacuation rapide par les voies de dessertes en cas de sinistre.
    Quid des chemins de promenades qui vont du vallon du Costour au vallon du Stangalar ?
    Ces chemins font parties des chemins doux qu’il faut préserver, ils participent à la qualité de vie des Brestois, sont empruntés quotidiennement par promeneurs et sportifs.
    Comment seront-ils préservés notamment dans le tronçon à proximité du rond point de Palaren.

    Sujétion :
    Conserver la route du Rody comme axe principal du secteur en réalisant des aménagements qui obligent les véhicules à rouler à 30km/h.
    Cette route est située à mi chemin des deux vallons et permettra une desserte plus équilibrer des quartiers de part et d’autre de cet axe.
    Pas de circulation auprès des vallons du Stangalar et du Costour, cela permettra d’urbaniser en limite des vallons tout en minimisant les nuisances dues à la circulation automobiles.
    Agrandissement du rond point à la jonction de la rue du Rody et de la rue de la Gare en élargissant le rond point sur une partie Est du terrain appartenant à la résidence des Montfortains pour permettre l’accès au bus sur cet axe central. (très peu d’impact pour les Montfortains)
    Le Rody peut devenir un nouveau quartier, se densifier dans des proportions raisonnables suivant les nouvelles règlementations mais ne doit pas subir la mise en œuvre d’une « autoroute » qui nuirait à la qualité de vie dans le quartier.

  • Posté le 08 octobre 2019 à 22h00 - Jerome A.

    PROJET MODIFICATION 2019PLOUZANE–Plouzané / Brest –Entrée Ouest:
    La préservation de la vallée de Saint Anne me semble un critère primordial à prendre en compte vis-à-vis des projets envisagés de voie TCSP et surtout des voies douces et de la nouvelle voie structurante.
    PLOUZANE –Lanrivineg
    La connexion écologique, les haies, talus et bois sont à conserver notamment par un accès direct pour chaque parcelle à l'avenue du technopole ainsi qu'une densité de l'habitat raisonnable en cohérence avec les lotissements environnants et les infrastructures (TCP, commerces) limitées du quartier.

  • Posté le 08 octobre 2019 à 15h44 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour,
    Ci joint une demande de changement de destination de mon hangar en habitation.
    Cordialement
    Merci
    Mr VAN DEN BOSCH


    Dossier_ES3.pdf (pdf 2,42Mo)
  • Posté le 08 octobre 2019 à 09h22 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Le projet de création d’un nouvel emplacement réservé entre Kerhouant et Palaren accompagne le classement en 2AU des espaces agro-naturels entre Costour et Stangalar qui constituent pourtant des zones d’équilibre écologique (zones boisées et agricoles favorables au maintien de la biodiversité) et socio-économiques (maintien d’activités primaires dans une métropole très portée par le tertiaire et le secondaire).
    Le PLU et sa modification semblent inspirés par des logiques d‘urbanisation (le passage du POS au PLU a-t-il privilégié inconsciemment l’urbanisation ?) plus que par celle de l’équilibre des affectations de l’espace aux enjeux de demain.
    Il serait utile de reconsidérer avec volontarisme la question des réels besoins en zones à urbaniser à la lumière des politiques de densification de l’habitat, de réduction de l’artificialisation des sols, de développement de la biodiversité.

    Dans l’attente de ces réflexions sur la réduction des périmètres à urbaniser à porter dans les prochaines évolutions du PLU (modification et/ou révision), il apparaît prématuré de créer cet emplacement réservé pour une voie structurante très impactante, inutile aujourd’hui et très probablement demain, avec une meilleure priorité donnée aux espaces agro-naturels et des transports en commun plus efficaces et plus denses.

    En conclusion :
    - avis défavorable à l’inscription d’emplacement réservé pour la création d’une voirie structurante sur le secteur du RodyKermeur-Coataudon à Guipavas,
    - demande d’une reconsidération de l’équilibre des zones AU avec les zones agricoles et naturelles.
    -
    Xavier la Prairie

  • Posté le 08 octobre 2019 à 09h18 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Monsieur ,

    Dans le cadre du projet de modification du PLU 2019, je tiens à vous signaler que la parcelle AR 79 située à Guipavas au Manoir du Vizac et nous appartenant est enregistrée au cadastre comme habitable, nous payons une taxe d'habitation sur cette parcelle.
    Ce bâtiment comporte un porche roman, absolument non authentique,puisqu'il y a été remonté en 1850 environ par Armand Biacabe, mon grand oncle.....
    ce batiment est contigü à la parcelle 80.

    Je vous demande de bien vouloir admettre ce batiment comment pouvant faire l'objet d'un changement de destination.

    En vous remerciant à l'avance veuillez agréer Monsieur l'expression de ma considération.

    Marion Pitty
    Camille Pitty

  • Posté le 07 octobre 2019 à 20h53 - Yann M.

    En PJ, observations sur la zone Plouzane-Lanrivineg dans le cadre de l’enquête publique relative à la modification du PLU de BMO 2019
    Y. MINGAM


    2019_10_07_RemarquesMINGAM_PLU_Lanrivineg_Plouzane.pdf (pdf 1,63Mo)
  • Posté le 07 octobre 2019 à 20h51 - Yann M.

    En PJ, observations sur l’entrée Ouest de Brest dans le cadre de l’enquête publique relative à la modification du PLU de BMO 2019
    Y. MINGAM


    2019_10_07_RemarquesMINGAM_PLU_Entree_Ouest_Brest.pdf (pdf 826Ko)
  • Posté le 06 octobre 2019 à 20h21 - Marie-Cécile P.

    Bonjour,
    Avis sur le projet de modification du plan local d'urbanisme (PLU) du 9 septembre au 10 octobre 2019 concernant la création d'un emplacement réservé pour la création d'une voirie structurante sur le secteur du Rody-Kermeur Coataudon à Guipavas :

    * à l’époque, où les mairies cherchent à reconstituer des centres villes piétonniers, ou des centres de quartier sans voiture, comment se fait-il qu’un axe principal traverse le centre du futur aménagement ? Pourquoi ne pas s’appuyer sur plusieurs axes secondaires, que sur un axe principal ; d’autant plus qu’aujourd’hui, il y a un axe principal, qui va devenir un axe secondaire ?
    * d’un point de vue économique, on voit bien que les caisses publiques sont vides, puisque l’axe principal d’aujourd’hui, qui relie le moulin blanc à coataudon n’a pas pu être fini ?. Alors comment se payer le luxe de créer à partir de rien un axe principal tout neuf ? Ne serait-ce pas plus économique de finir d’aménager l’existant ??
    expliquer

    * Dans le cadre des discussions en sous-préfecture de Brest sur le Plan de Prévention des Risques Technologiques du Port de Commerce (=PPRT / ex-zone SEVESO), je suis surpris que les services techniques de Brest Métropole laisse concevoir une route, qui aboutisse sur le rond-point de PALAREN, qui permet à au moins la moitié des personnes de poursuivre sur le moulin blanc et la zone portuaire. Contrairement à la volonté de Monsieur le Sous-Préfet, créer un tel axe principal va encourager les personnes de Gouesnou et de Guipavas et d’ailleurs dans le nord-finistère de se rendre sur le port de commerce et le bas du centre-ville de Brest, en passant par la rue Montjarret de Kerjégu, qui se trouve en pleine zone SEVESO. L'actualité récente nous rappelle la prudence concernant les zones SEVESO....

    * Compte tenu, qu’en réunion publique…il y a quelques temps maintenant, puisque c’était avant 2008… il avait été dit que l’aménagement du quartier commencerait côté Coataudon, n’est-il pas prévu un projet par tranche ? pouvez-vous communiquer sur un agenda concernant ce chantier (entre les routes, les bâtiments publics et les équipements…) ?

  • Posté le 03 octobre 2019 à 14h42 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Voir la pièce jointe


    Scan_0021.pdf (pdf 483Ko)
  • Posté le 03 octobre 2019 à 09h24 - Dynamiques urbaines .

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----
    Bonjour,
    Avis sur le projet de modification du PLU du 09 Septembre 2019 au 10 Octobre 2019

    L’avis porte sur le secteur « Kermeur Coataudon » , sur le projet visant à la création d’une emplacement réservé pour la création d’une voirie structurante entre le rond point de Kerhouant au nord et le rond point de Palaren au sud.

    Sur le projet en général :
    Utilisant quotidiennement la rue du Rody dans les 2 sens, je constate qu’il n’est pas judicieux de connecter le Rd Pt de Kerhouant à celui de Palaren car la plupart des usagers se partagent entre, aller à droite au bas de la rue du Rody ou bien à gauche vers le Rd Pt du Costour.
    Cela ne fera que de rendre le traffic encore plus compliqué sur Palaren. Je pense qu’une connexion au Rd pt du costour serait plus profitable pour la fluidité du traffic ( si c’est bien le but !).

    Sur le projet en détail :
    Je suis totalement en désaccord avec le passage par la rue des hirondelles, il y a en effet une zone urbaine qui s’est intensifiée ces dernières années et déjà la circulation rue du Rody et rue de la fraternité est dense et dangereuse pour nos enfants.
    Si il y a une réel besoin (je ne vois toujours pas l’intérêt de ce projet !, je souhaiterais au contraire que l’on limite la circulation par des actions drastiques de limitation de vitesse, : Rond points / Dos d’âne / Radars…), il faut éloigner dès à présent la route des lotissements.
    Non seulement on déplace le problème de circulation et cela ne résout rien, mais également cela va porter un fort préjudice financier pour les propriétaires ayant leur maisons au bord de cette nouvelle route.

    Proposition :
    Ci-joint une contre-proposition avec un passage qui longe le stangalard et une contre proposition 2 qui longe le costour afin d’éviter autant que possible les zones habitées.

    Cordialement
    Jean-Marc Serralta


    Contre_propositions.pdf (pdf 515Ko)
  • Posté le 01 octobre 2019 à 11h06 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour,

    Après consultation des documents attachés à l’enquête publique en cours, nous tenons à vous faire part de l’erreur de périmètre que nous avons pu constater et que nous souhaitons voir corrigée.

    En effet, le périmètre d’ouverture à l’urbanisation soumis à l’enquête diffère largement par rapport au dossier de demande d’ouverture à l’urbanisation transmis à Brest Métropole courant mars 2019.

    Vous trouverez ci-joint un schéma illustrant ce décalage ainsi que le dossier de demande d’ouverture à l’urbanisation.

    Restant à votre disposition pour toutes précisions,

    Stéphane BRIEC
    Directeur
    FIMA


    Kermabiven.pdf (pdf 2,43Mo)
  • Posté le 29 septembre 2019 à 21h26 - Stéphanie L.

    Monsieur le Commissaire Enquêteur,

    je vous remercie de bien vouloir prendre en compte les observations suivantes relatives à l'urbanisation de la zone Sainte-Barbe au Relecq-Kerhuon (PLU facteur 4).

    DEPLACEMENTS
    Le projet prévoit, dans sa phase 1 comme dans sa phase 2, une augmentation de la circulation dans les rues sinueuses et étroites : rues Keraudren, Chateaubriand, Courbet et Kervitous en particulier. Des voitures des résidents sont garées dans ces rues faute de garage ou d'emplacement de parking, idem pour les utilisateurs du restaurant rue Lamartine.
    De ce fait :
    - le risque routier serait fortement majoré. Mes enfants font le trajet à pied et à vélo pour se rendre à l'école ou à l'arrêt de bus à pied. Je ne veux pas les mettre en danger en raison de l'absence de trottoirs, l'absence de visibilité aux intersections et du non respect constaté des limitations de vitesse (exemples quotidiens rue de Kervitous). L'école de Kermadec est à proximité immédiate et le chemin piéton évoqué dans le projet débouche de manière directe sur la rue de Kervitous, sans aucune sécurisation des piétons les plus jeunes.
    - les nuisances sonores seraient augmentées du fait de l'intensification de la circulation dans ces rues étroites, au pied des habitations. Le secteur subit déjà des nuisances sonores en raison de la voie de chemin de fer et de la quatre voies Brest-Quimper.
    -> en revanche il semble moins risqué de créer les accès au nord de la zone 2, là où existent déjà des rues dimensionnées pour des flux de circulation importants.

    PRESERVATION D'UNE ZONE AGRICOLE
    Dans un secteur déjà fortement urbanisé, la ZAUC pourrait être préservée et ainsi prévenir les risques liés à la poursuite de l'artificialisation des sols.
    Ce genre de préoccupations est pourtant d'actualité, il serait bon de les mettre en oeuvre dès à présent...

    Comptant sur votre compréhension,
    Sincères salutations.

  • Posté le 28 septembre 2019 à 18h02 - SANDY D.

    Daré Sandy et Courbet Stéphane
    LD Kerouhant
    29 490 Guipavas
    Tél : 06 62 47 68 21

    Monsieur le Commissaire Enquêteur
    Hôtel de métropole
    Direction des dynamiques urbaines
    Atelier d’études urbaines
    24 rue Coat-Ar-Guéven
    CS 73 826
    29 238 BREST CEDEX 2

    Guipavas, le 28 septembre 2019

    Objet : Observations enquête publique relative à la modification du PLU sur le secteur de Guipavas-Kerouhant.

    Monsieur le Commissaire Enquêteur
    Votre projet : notice de présentation du projet de modification pages 35-42
    La modification du PLU porte sur la création d’une orientation d’aménagement et de programmation de secteur et l’ouverture à l’urbanisation d’une zone de 7000 m², en accompagnement d’une opération en renouvellement sur le secteur de Kerouhant sur la commune de Guipavas.

    La zone de Kerhouant se situe à l’Est de la commune de Guipavas, en bordure du boulevard de Coataudon qui relie Brest et Guipavas et qui irrigue tout le quartier : Tourbian, Kerdanne, Coataudon, Keravilin et Kerhouant.

    Le projet se situe plus précisément au droit du rond-point de Kerouhant, en face du centre commercial du Phare de Guipavas au Froutven.

    Le projet sera desservi par une voie aménagée au niveau de la parcelle n° AY 178.
    Des liaisons douces vers le chemin pédestre desservant le Rody seront aménagées entre les rues Edmond Rostand de part et d’autre du projet, ainsi qu’à l’entrée du projet, boulevard de Coataudon.

    Nous souhaitons attirer votre attention sur plusieurs points :

    Notre habitation se situe sur les parcelles AY 18 et AY19. Nous accédons à notre habitation par le rond-point de Kerouhant puis le chemin de Kerouhant. Nous souhaitons conserver cet accès propre pendant et après les travaux. Actuellement, nous allons chercher nos enfants au collège tous les jours pour déjeuner à l’heure de midi chez nous. Il n’est pas concevable de rentrer un midi et de se retrouver bloquer à l’entrée du chemin ou devant notre habitation.
    Notre terrain, n’étant pas clôturé (parce que inutile jusqu’à aujourd’hui), vos engins de travaux ne devront pas se stationner ni faire leur manœuvre sur notre terrain.
    Les travaux pourraient engendrer des dégâts sur la structure de la maison ainsi que sur le mur de délimitation (ex fissures, salissures).
    Nous vous remercier de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour éviter ces désagréments.

    Nous savons qu’il y a un projet de restaurant sur les parcelles n° 178A et 180 (sauf erreur) à proximité de notre habitation.
    Le propriétaire devra équiper son restaurant des infrastructures nécessaires aux évacuations d’odeurs afin que nous ne soyons pas dérangés.
    Sauf erreur, hormis les VTTistes, les coureurs du dimanche, nous n’avons recensé aucune nuisance et souhaitons conserver ce cadre de vie.

    Vous souhaitant parfaite réception de la présente et restons, bien entendu, à votre disposition.

    Je vous prie de croire, Monsieur le Commissaire Enquêteur, en l’assurance de notre considération distinguée.

    Mlle DARE SANDY
    Mr COURBET STEPHANE

  • Posté le 26 septembre 2019 à 14h52 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----
    Bonjour,
    J'ai renoncé à rencontrer le commissaire-enquêteur ce jour à Plougastel devant la file d'attente (plus de 10 personnes ...).
    Par rapport à ce projet, je voulais savoir sur PLOUGASTEL-DAOULAS (secteur Talaouron Vraz - pages 194 et suivantes du document intitulé "PLU - ORIENTATIONS D’AMENAGEMENT ET DE PROGRAMMATION - PROJET DE MODIFICATION 2019 ENQUETE PUBLIQUE DU 9 SEPTEMBRE AU 10 OCTOBRE 2019"), si le tracé relatif à la modification d'affectation des terrains était définitif ?
    Ce qui a conduit à ce tracé (étude préalable ) ?
    Nous avons un terrain, référencé au cadastre EL0126, en limite du tracé. Serait-il éventuellement compris dans l'épure ?
    Je vous remercie d'avance pour votre réponse.
    Cordialement,
    Jean-Jacques et Anne-Marie BOST

  • Posté le 25 septembre 2019 à 11h40 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour,
    Ce courriel concerne le projet de modification du PLU de Brest Métropole et mes remarques et questions sont relatives au projet d'ouverture partielle à l'urbanisation de la zone 2AUH de Kerouhant à Guipavas.
    En effet j'ai une maison à l'AFU de Coataudon et je vais me retrouver avec une voie structurante mitoyenne de mon jardin: l'impact pour nous est donc très important ( bruit, nuisances, poussières, jardin inutilisable, vibrations, dévaluation du bien, etc.....)

    Sur le document NOTICE DE PRESENTATION DE MODIFICATION DU PLU:
    - page 36: on parle de voie structurante. Quelle est la définition d'une voie structurante et préciser sa constitution.
    - page 36: "une attention particulière sera également portée au traitement des limites du projet avec cette voie". Merci de définir les dispositions qui seront prises pour les maisons en mitoyenneté avec cette voie.
    - page 36: expliquer comment on passe "d'une voie aménagée au niveau de la parcelle AY147" à la zone du projet d'aménagement prévue.
    - pages 36 et 38: des travaux de démolition sont mentionnés: quels sont ils ?
    - page 38: il est écrit "On observe toutefois quelques haies d'ornement et friches...........": ET ALORS quel est l'impact sur le projet ?
    - page 38: on parle "d'améliorer la qualité urbaine le long du boulevard de Coataudon" mais qu'en sera t-il de la zone pavillonnaire AFU de Coataudon en bordure du projet. On parle "d'assurer la greffe urbaine et une transition cohérente avec le projet" CE QUI NE VEUT ABSOLUMENT RIEN DIRE. Merci de préciser.
    - page 39: "La zone de Kerouhant ne sera pas affect??e de mani??re SIGNIFICATIVE par le bruit": que signifie cet adjectif SIGNIFICATIF ??? quantifiable ?
    Mais qu'en sera t-il de la zone pavillonnaire AFU de Coataudon ? quelles dispositions seront prises ?

    Sur le document REGLEMENT VOLUME 2 DOCUMENT GRAPHIQUE 1/3:
    page 58: pourquoi ne voit on pas le déplacement du rond point de Kerouhant (qui était prévu dans des documents antérieurs)
    page 58: pourquoi un tracé aussi bizarre au départ du rond point de Kerouhant, tellement bizarre qu'il vient en bordure des maisons de l'AFU de Coataudon voire il empiète sur certains terrains ? C'est à croire que BMO nous en veut!!!!!!!!!
    page 58: pourquoi y a t-il deux largeurs de voies, l'une en 1AUH et l'autre en 2AUH ?

    page 58: pourquoi cette voie ne monte pas au Rody alors que c'est ce qui était prévu ? maintenant elle bifurque rapidement vers l'ouest
    JE PROPOSE DONC UN AUTRE TRACER A MAIN LEVEE POUR CETTE VOIE EN PIECE JOINTE
    J'espère avoir des réponses à chacune des questions ici posée.
    Cordialement


    route_AFU_Coataudon.pdf (pdf 573Ko)
  • Posté le 25 septembre 2019 à 10h29 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Parcelle BO 103
    Parcelle BO 105
    Lieu dit Keropars, renommé Kerroparz

    M. Le commissaire enquêteur,

    Ayant appris qu'une enquête publique visant la révision du PLU 4 afférent à la métropole de Brest, était ouverte depuis le 09/09 et jusqu'au 10/10/2019, je me permets de renouveler une demande relative à la taille des annexes sur notre parcelle, actuellement en 2AUH.
    Actuellement de 15 m2, les parcelles agricoles alentours ont une possibilité jusque 30 m2. Serait-il possible d'augmenter la limite à 30
    m2 en zone 2 AUH ?

    J'ai noté qu'une enquête publique était ouverte jusqu'au 10/10/2019.

    Je reste à votre entière disposition pour vous fournir les documents ou informations dont vous auriez besoin.

    Veuillez agréer, monsieur, l'expression de mes sentiments les plus distingués.

    Stéphanie EVEN

  • Posté le 25 septembre 2019 à 10h22 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Madame, Monsieur,

    En PJ nos remarques déposées hier en Mairie du Relecq quant au projet n° 4 / Ouverture à l'urbanisation de la zone ZAUC de Ste Barbe au Relecq-Kerhuon.

    Cordialement.

    Famille MORVAN


    ENQUETE_PUBLIQUE_KERAUDREN.pdf (pdf 122Ko)
  • Posté le 24 septembre 2019 à 18h28 - Marie laure G.

    Mon avis concerne le :
    - Projet n°4 : Ouverture à l’urbanisation d’un secteur à Ste-Barbe.
    L'accès principale du futur lotissement par la rue de Keraudren a double sens me parait complétement décaler à la réalité du terrain !
    je m'explique, pour accédé à la rue Keraudren , il faut passer soit par la rue Chateaubriand (petite et étroite ou les gens stationnent devant chez eux avec un accès rue Lamartine , compliqué aux heures d'embauche et débauche du CMB) ou soit par les rue Jean Bart et Courbet , qui pour la première débouche aussi sur la rue de Lamartine et pour la seconde sur la rue de Kervitous, avec un cheminement encore plus difficile.
    (sens unique)
    Le quartier de Sainte Barbe est un vieux quartier du Relecq Kerhuon avec des rues qui date des année 30 et celles çi sont incapables de supportées une circulation plus soutenu sans mettre en danger les enfants et les habitants .
    Les résidents ont pour habitude de circuler en sécurité et librement à pied et à vélo dans la rue de Chateaubriand qui possède une petite place ou les enfants jouent au foot
    Pour la sécurité de tous, et par déduction logique nous préconisons pour les véhicules une seule voie de desserte en double sens (noté n°2 sur le plan) par l'avenue du Président Allende, qui est une route permettant de recevoir ce nouveau trafic en sécurité,.
    Peut être la construction d'un rond point au croisement de celle ci et de la rue de Lamartine et Mirabeau qui pour le coup fluidifiera le trafic aux heures de pointe, et n'en ajoutera pas dans les voies résidentielles de tout un quartier et de l'école publique de Jules Ferry.
    A laquelle les enfants du quartier accèdent a celle ci par la rue de Kervitous .
    Nous vous remercions de l'attention que vous apporterez à nos observations.
    Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.
    annexes jointes.
    Photos des rues Chateaubriand, Lamartine, Jean Bart


    IMG-6607.JPG (JPG 2,95Mo)
  • Posté le 24 septembre 2019 à 09h57 - Dynamiques urbaines B.

    Contribution adressée par courriel à enquete-publique-plu@brest-metropole.fr. Publiée par Brest métropole sur le registre numérique conformément à l'article L.123-13 du code de l'environnement.
    -----

    Bonjour Madame, Monsieur,

    Je suis aménageur foncier, et dans le cadre de la modification prochaine du Plan Local d’Urbanisme de Brest métropole, lors de mon échange avec le commissaire enquêteur à la mairie de Guilers, le jeudi 19 septembre 2019, concernant l’évolution envisagée du zonage sur le secteur de Kerhouant à Guipavas, j’ai pu relever une erreur concernant l’accès à prévoir sur cette zone.

    1 - Acces :

    En effet, il apparaît, sur la page 36 projet de modification – Notice de présentation, que la route devant desservir l’arrière de ce projet de Kerhouant est prévue sur la parcelle AY 147, hors cette voirie devrait être prévue sur la parcelle AY 178, comme cela avait été évoqué lors de mes échanges avec M Stéphane Rioual et M Olivier Daumas – Brest métropole, à l’occasion de l’examen de ce projet d’aménagement de la zone.

    Cet accès via la parcelle AY 178, qui éloigne l’entrée de ce projet du rond-point de Kerouhant, doit donc desservir l’arrière des parcelle AY 178 et AY 21, ainsi que les parcelles AY 15 / 16 / 17 / 20 / 179 actuellement en 2AUH et éventuellement les parcelles AY 18 / 19 actuellement aussi en 2AUH mais hors de la demande de modification de zonage ; et si le zonage de toutes ces parcelles venaient effectivement à être modifiées en 1AUH.

    Je vous remercie de bien vouloir prendre en compte ma demande de correction ( AY 178 pour l’accès au lieu de AY 147 ), afin d’être conforme aux impératifs permettant d’assurer les déplacements et les flux nécessaires pour desservir ce projet de Kerhouant.

    De plus cette implantation nécessaire de l’entrée de ce projet d’aménagement global de la zone de Kerhouant, via cet accès sur la parcelle AY 178, devrait à mon sens être également repris sur l’Orientation d’Aménagement et de Programmation, sur sa forme du descriptif écrit sur la page 172 OAP de secteur, même si il y figure sur la page 173 le plan de cet OAP de secteur.

    Ainsi cet élément d’accès serait bien identifié et retenu par les opérateurs lors des préparations des futurs permis d’aménager et de construire, si cette demande d’ouverture à l’urbanisation de cette zone était retenue dans le cadre de cette demande de modification du PLU.

    2 – Chemin :

    Il est peut-être à préciser que l’actuel chemin de Kerouhant qui dessert actuellement le secteur et qui est proche du rond-point, sera maintenu à la fois pour l’accès des parcelles AY 14 et AY 18 / 19 qui ne font pas partie actuellement du projet particulier d’aménagement de ce secteur ; il devra continuer à desservir ces mêmes parcelles et aussi pour participer aux liaisons douces vers le chemin pédestre desservant le Rody.

    3 – Parcelles AY 18 / 19 :

    Pour les parcelles AY 18 / 19, il apparaît qu’elles ne sont pas dans le périmètre objet de la demande de modification du zonage de cette zone en 1AUH, et doivent rester en 2AUH.

    Peut-être serait-il à envisager leur intégration à cette demande de modification de zonage en 1AUH sur cette zone, afin que ces deux parcelles restantes, qui sont en limite de la future ZAC du Rody mais à l’extérieur de cette ZAC, ne deviennent pas une enclave restant les seules en parcelles 2AUH ( un seul propriétaire habitation principale ), si la demande actuelle de modification du secteur de Kerhouant venait à être acceptée en 1AUH.



    Dans cette hypothèse d’une modification en 1AUH de ces parcelles AY 18 / 19, il faudrait à mon sens prévoir que la desserte de ces deux parcelles puissent se faire par la future voix d’accès sur la parcelle AY 178, sous réserve d’un accord entre les parties prenantes de ce nouvel accès; ainsi les flux générés par une éventuelle densification de ces parcelles AY 18 / 19 seraient éloignés là aussi du rond point de Kerhouant.

    Je vous remercie pour l’intérêt que vous porterez à mes remarques évoqués ci-dessus, et je me tiens à votre entière disposition pour tout complément d’information.

    Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

    Eric Pasquer

  • Posté le 22 septembre 2019 à 19h16 - RONAN L.

    Notre avis concerne le :
    - Projet n°4 : Ouverture à l’urbanisation d’un secteur à Ste-Barbe.

    Le principe de voies de desserte à créer à court terme (noté 1 sur le plan) n'est absolument pas pertinent :

    1 - Sortie à sens unique rue de Kervitous : cette ruelle étroite à faible visibilité est déjà très difficilement circulable (rétrécissement existant entre 2 maisons, ne permettant pas à 2 véhicules de se croiser).
    Ajouter du trafic la rendrait aussi encore plus dangereuse pour les nombreux écoliers l'empruntant à pied et à vélo (dont mes enfants font partie).

    2 - circulation à double sens dans la rue de Keraudren (actuellement voie sans issue) : au regard de la configuration actuelle (véhicule stationnant légitimement devant la maison correspondante, des 2 côtés), il est impossible d'ajouter un trafic conséquent tout en la doublant ou triplant avec une "liaison douce". De plus le nouveau trafic s'ajoutera au trafic existant dans la rue de Chateaubriand, qui ne possède pas de trottoir, ni d'ouvrage de régulation de vitesse (plot, ilot...), ni de panneau d'alerte.

    En l'état, le principe de ces 2 voies de desserte (n°1 sur le plan) induit une augmentation du danger pour les résidents du quartier et leurs enfants, en raison de l'augmentation du trafic et du changement de nature des voies (voie sans issue passant en voie double sens d'accès pour 60 véhicules de plus). Les résidents ont pour habitude de circuler en sécurité et librement à pied et à vélo dans la rue de Chateaubriand.

    Le principe de voie traversante (noté n°1) dans ce secteur va de plus créer un "raccourci" pour de nombreux véhicules (en particulier ceux n'habitant pas le quartier ni même la nouvelle zone à urbaniser décrite), ajoutant encore du trafic et du danger.

    Pour la sécurité de tous, nous préconisons pour les véhicules une seule voie de desserte en double sens (noté n°2 sur le plan) par l'avenue du Président Allende, qui est une voie structurante permettant de recevoir ce nouveau trafic en sécurité, ne créera pas de "raccourci", et n'ajoutera pas du trafic dans les voies résidentielles de tout un quartier et de l'école.

    L'autre voie (noté 1) est à conserver uniquement pour les "liaisons douces", d'autant plus que privilégier ce type de liaison est un objectif affiché de BMO.

  • Posté le 17 septembre 2019 à 12h27 - gilles k.

    En préambule, je note une nouvelle fois une publicité a minima de cette enquête publique sur la commune du Relecq-Kerhuon. Des affiches d’avis d’enquête ont bien été réparties aux points d’information habituels, mais les libellés sont beaucoup trop sommaires et sans préciser l‘ensemble des lieux concernés sur la commune. Il n’y a également aucune information sur cette enquête ni dans le bulletin communal ni dans les journaux. Dans ces conditions, comment voulez-vous que les habitants s’y intéressent, se sentent concernés et y répondent ?

    Mes remarques sur cette enquête concernent les projets relatifs au Relecq-Kerhuon, soit les n°4 à Ste-Barbe, n°12 à La Cantine et n°13 au Stéar, ainsi qu’un oubli dans la liste qui est le projet d’urbanisation d’une parcelle rue du Rody, destinée à la construction d‘une nouvelle maison de retraite.

    Projet n°4 : Ouverture à l’urbanisation d’un secteur à Ste-Barbe.
    Je suis contre par principe car je n’ai plus aucune confiance dans les projets immobiliers de la mairie.
    La commune du Relecq-Kerhuon est structurellement à forte densité. La densité de population (1800 hab./km2) y est six fois plus élevée que dans les deux communes limitrophes, Guipavas (330 hab./km2) et Plougastel-Daoulas (290 hab./km2). Malgré cela, la mairie entretient depuis plusieurs années une politique de constructions à tout va, avec de nombreux cas de maisons bâties les unes sur les autres, sans aucune vision d’ensemble et en délaissant les fondamentaux. L’exemple le plus aberrant est le projet de nouvelle maison de retraite dont la nécessité et l’urgence ne font aucun doute et qui s’enlise depuis dix ans, reléguée suite à enquête publique de Brest métropole datée de 2016 dans un site totalement inadapté, rue du Rody. A ce jour l’ouverture de chantier n’est évidemment toujours pas programmée alors qu’un terrain situé rue Cdt Charcot répondait parfaitement à cet usage et fait aujourd’hui le bonheur d’un promoteur immobilier.

    Projet n°12 : Modification de zonage à La Cantine.
    La fiche de présentation fait état, à juste titre, de la vocation à dominante loisirs/tourisme souhaitée sur cet espace. Dans ce cas, pourquoi vouloir urbaniser cette zone en y implantant un immeuble multi-étages et multi-appartements ? C’est totalement incohérent. Il faut au contraire y développer un large espace de loisirs et d’agrément pour les passants, promeneurs, cyclistes, baigneurs, surfeurs en tous genres sur un site qui fait référence pour les loisirs et les activités nautiques dans la métropole.
    Quant à l’obligation de réaliser des logements à coût abordable, c’est totalement illusoire dans ce secteur géographique, à moins que le promoteur ne propose des appartements de 10 m2 dans un immeuble bas de gamme.

    Projet n°13 : Modification de zonage au Stéar.
    Une consultation citoyenne a effectivement été réalisée en juillet 2018 sur le projet du Stéar, remportant 80 % des suffrages exprimés mais ils ne représentent au final que moins de 15 % des inscrits sur la commune. Quelle est la légitimité démocratique d’un tel résultat ?
    S’agissant de l’utilisation de la parcelle comme pôle de loisirs nautiques, je rappelle qu’il existe déjà un centre nautique au Passage, à quelques centaines de mètres du Stéar, dont l’école est loin de faire le plein tout au long de l’année. Je rappelle également qu’il existe au port du Moulin Blanc, distant de quelques kilomètres mais parfaitement desservi par les bus et accessible en toute sécurité par les voies piétonnes et cyclables, un pôle nautique ultra-performant adapté à tous âges, toutes disciplines et tous niveaux. A quoi servirait une telle redondance au Stéar à une époque où les collectivités doivent se serrer la ceinture ?
    La grève sous la parcelle n’est pas adaptée aux activités et encore moins aux initiations nautiques avec une partie haute caillouteuse susceptible de détériorer rapidement le matériel et une partie basse constituée d’une épaisse couche de vase molle à haut risque d’embourbement.
    Enfin le coût d’acquisition et de restructuration de la parcelle, annoncé à un million et demi d’euros lors de la consultation citoyenne, est prohibitif pour une aire de rangement de kayaks ou paddles. Cet argent serait beaucoup mieux employé à d’autres activités, en commençant par le financement d’un terrain viable destiné à héberger les grands anciens de la commune dans le cadre du projet de nouvelle maison de retraite.
    Pour toutes ces raisons, je suis contre l’acquisition de ce terrain par la commune et j’émets un avis très défavorable au classement de la parcelle en zone destinée à accueillir des équipements sportifs et de loisirs. En revanche, pour rester cohérent avec ce que la mairie propose sur le projet de La Cantine, je suis tout à fait favorable à un classement en zone de logements à coût abordable.

    Projet d’urbanisation d’une parcelle rue du Rody, destinée à la construction d’une nouvelle maison de retraite.
    Ce projet a été soumis à enquête publique en 2016 et entériné après délibérations en conseil de Brest métropole du 16/12/2016 avec une réserve sur l’accès à la parcelle. La solution pour y remédier, proposée par le commissaire-enquêteur dans son rapport final, était une grosse idiotie et n’a pas été retenue. Le maire a soumis au conseil municipal, en décembre 2017, une autre solution qui consiste en une prolongation de la rue du Rody, qui aujourd’hui est une impasse, jusqu’à la rue de la Gare en aménageant le chemin forestier qui longe la voie ferrée.
    Cette solution constitue une modification majeure au projet soumis à enquête publique en 2016 avec un fort impact sur la vie courante du quartier, la circulation automobile et la circulation ferroviaire. Pourquoi n’est elle par répertoriée dans la présente enquête, au même titre que les projets n°6 à 19 ? Pourquoi cette solution, qui date de bientôt deux ans, n’a-t-elle jamais été présentée aux riverains ni aux habitants du Relecq-Kerhuon ? Pourquoi le chapitre du compte-rendu du conseil municipal de décembre 2017 qui entérine cette solution est-il aussi abscons, sans jamais indiquer clairement la solution technique retenue ? Tout simplement, parce que cette solution ne tient pas la route pour les raisons suivantes, et j’en oublie peut-être :
    - Le chemin forestier qui prolonge la rue du Rody est encaissé entre le haut remblai de la voie ferrée Paris-Brest et la clôture de la station d’épuration des eaux. Il y a en particulier deux tronçons à largeur réduite, l’un au niveau d’un édifice en pierre de taille (près d’un pylône d’antenne-relais) qui prolonge la clôture et l’autre se situant au-dessus du ruisseau du bois du Costour, qui ne permettront pas de réaliser une route à deux voies suffisamment large pour laisser passer les véhicules de grandes dimensions nécessaires au fonctionnement courant du futur établissement (ambulances médicalisées qui sont de véritables petits camions, camions et camionnettes des services de repas et du linge, livraisons de médicaments et matériel médical, livraisons diverses trop souvent effectuées par d’énormes camions de livraison groupée, véhicules des artisans pour la maintenance du site, …)
    - Cette solution nécessiterait de grignoter tout ou partie du remblai de la voie ferrée avec une implication directe sur le service ferroviaire et sans doute un arrêt total des trains de quelques heures, jours voire semaines pendant la construction de murs de soutènement … Ça m’étonnerait que la SNCF ait donné son accord pour ces travaux. Il est aussi important de noter que ce remblai est couvert de vieux arbres aux racines certainement profondes et entremêlées. Commencer à l’attaquer entraînerait immédiatement une fragilisation de l’ensemble avec une implication directe sur les voies TGV situées juste au-dessus.
    - Le raccordement de ce tronçon de voie à la rue du Rody supprimerait une zone de stationnement pour une quinzaine de véhicules située actuellement en fond de rue, côté remblai de voie ferrée.
    - D’autre part cette solution nécessiterait également, afin de rester conforme au dossier soumis à l’enquête publique de 2016, d’aménager un cheminement doux sous la forme d’un trottoir ou d’une voie sécurisée suffisamment large pour les fauteuils roulants des résidents, ce qui augmenterait encore la largeur de la route envisagée.
    - Il y a fort à parier que, quand bien même cette portion à deux larges voies et un trottoir serait réalisable, le plan de circulation engendrerait un tel détour pour les professionnels et familles de la commune que de nombreux véhicules privilégieraient toujours l’entrée et la sortie par la rue Lamartine en créant un beau capharnaüm au carrefour réputé dangereux. Cette solution ne règle donc rien.
    - Quid de l’intersection de cette prolongation de voie avec la rue de la Gare qui est l’axe majeur d’accès aux quartiers Est de la ville de Brest ? Donnerait-elle encore lieu à la construction d’un énième rond-point ?
    - Et n’oublions pas l’aspect financier pour cet important chantier. Combien ça coûte et qui paye ?
    - Enfin il faut noter la construction en cours dans la rue du Rody d’une résidence de douze appartements qui entraînera un flux supplémentaire d’une grosse vingtaine de véhicules alors que les actuels riverains ont déjà du mal à y garer leurs voitures. Faire cohabiter en plus une maison de retraite dimensionnée pour cent résidents est un véritable non-sens.
    Quels que soient les avis des services compétents requis par le maire, il est évident qu’aucune solution d’accès ne peut garantir raisonnablement la sécurité et le fonctionnement correct d’une maison de retraite dans la rue du Rody, ni de tout autre lotissement d‘ailleurs.
    Si l’objectif de la mairie du Relecq-Kerhuon et du conseil d’administration du SIVU des Rives de l’Elorn, organisme de gestion de la résidence Kerlaouéna qui est l’actuelle unique maison de retraite de la commune, était pendant cette mandature municipale de tout mettre en œuvre pour ne rien faire et refiler une situation bien pourrie aux prochaines équipes après les élections municipales de 2020, le résultat va bien au-delà de toutes les attentes. Mais il est vrai que ce n’est plus le problème du maire, démissionnaire de la présidence du SIVU il y a six mois et qui ne se représentera pas aux prochaines élections municipales dans la commune.
    Je rappelle que cette nouvelle maison de retraite qui est destinée à remplacer la résidence Kerlaouéna, construite dans les années 1970 pour des personnes âgées autonomes et inadaptée à un fonctionnement en mode ehpad tant pour les résidents que pour le personnel en raison de la configuration des bâtiments et des installations (ergonomie des bâtiments et locaux inadaptée pour des personnes handicapées, studios logement sur trois niveaux avec un seul ascenseur par bâtiment, parties communes très insuffisantes, extérieurs quasi-impraticables en raison d‘une forte déclivité du terrain), joue l’Arlésienne depuis dix ans. Je rappelle également, cerise sur le gâteau, que les résidents de Kerlaouéna continuent jour après jour à se faire enfumer par un système de surtarification des tarifs d’hébergement, avec des sommes indécentes en jeu, mis en place dans le cadre de ce projet depuis plus de huit ans alors que rien n‘a toujours bougé depuis.
    Il est grand temps de trouver enfin une solution et un terrain viable susceptible d’abriter les grands anciens de la commune. Compte tenu de la folie d’urbanisation à outrance de ces dernières années, il n’y a plus guère à ma connaissance de terrain adapté sur la commune. Il faudra certainement la construire à Guipavas et sans enclencher s’il vous plaît un processus idiot et ridicule de nouvelle consultation citoyenne tel qu’envisagé par le maire il y a quelques années déjà et qui conduirait inexorablement à un résultat 20/80 du même acabit que celui réalisé il y a un an sur le projet du Stéar, avec 20 % de votants et 80 % de suffrages défavorables à un transfert de l’unique maison de retraite de la commune vers Guipavas … Et après, on fait quoi ?
    Compte tenu de l’incompétence de la mairie et du conseil d’administration du SIVU à gérer ce dossier et de l’indifférence de Brest métropole et du conseil départemental à le faire aboutir, je demande que le préfet du Finistère en soit saisi pour un déblocage réfléchi et rapide de cette situation qui ne cesse de s’enliser depuis dix ans et qui pourrait être caractérisée au fil des années qui passent de maltraitance passive envers les résidents et le personnel de Kerlaouéna.

Dernière mise à jour le :