Registre numérique

Le plan local d’urbanisme de Brest métropole évolue chaque année afin d’accompagner le développement du territoire. Une nouvelle procédure de modification est engagée en 2021. La concertation préalable est ouverte.

5 avis

  • Posté le 19 février 2021 à 23h54 - VINCENT T.

    Les modifications projetées présentent un déséquilibre en faveur de l’urbanisation et de l’artificialisation des sols et dans une certaine mesure du mitage de l’habitat en zone rurale.
    En tout, 14 modifications permettent un accroissement de l’urbanisation : Outres les 5 ouvertures partielles à l’urbanisation, les modifications B4, B5, B6, C5 et C6 vont également permettre d’accroitre l’urbanisation, les modifications C3, C4 et C8 permettent d’étendre le réseau routier, et la modification D4 va permettre de créer des habitations en domaine rural.
    [Remarque : le fait de faire figurer cette dernière modification en vert, dans le même chapitre que les modifications visant à protéger des éléments naturels porte de ce point de vue à confusion].
    Parallèlement, seules trois modifications porte sur la protection des éléments naturels : deux modifications visent la protection de deux haies (D1 et D3) tandis que la modification D2 vise la protection d’un cyprès de Lambert.
    Les autres modifications sont sans incidences du point de vue de la préservation des sols ou de la biodiversité.
    De ce point de vue l’ensemble des modifications proposées présente un recul pour la protection de la biodiversité, la lutte contre l’artificialisation et le maintien des trames vertes et bleue. Cet ensemble de modification modifie en ce sens l’équilibre général du PLU précédent. Il importe donc que le projet soit complété par des modifications visant à protéger des éléments du patrimoine pour ainsi maintenir l’équilibre du PLU précédent.
    La majorité des modifications entrainant une artificialisation étant situées en zone urbaine ou péri-urbaine les modifications visant à les compenser devraient être également identifiées en zone urbaine ou péri-urbaine.
    En ce sens elles devraient contribuer à mettre en œuvre les objectifs identifiés dans le SCOT visant à « Préserver les richesses écologiques du territoire en confortant la trame » (III-2) et en particuliers ceux ayant trait aux corridors écologiques (III-2.3), aux armatures vertes urbaines (III-2.4) et aux réservoirs de biodiversité ordinaire (III-2.2.2.). Pour la métropole brestoise la préservation, et parfois la restauration, des vallons urbains (Stangalard, Penfeld, petits Spernot, Sainte-Anne, Maison-Blanche et Costour) constitue constituent de ce point de vue (et pour la préservation des particularités paysagères - I-5.2) une priorité clairement identifiable.
    Dans un même objectif, les modifications a vocation environnementale pourraient prévoir de pérenniser pour une durée de 20 certains zonages agricoles situés en zone péri-urbaine tel que cela est prévu dans le SCOT.

  • Posté le 07 février 2021 à 11h00 - Michel R.

    Je me demande si la mention, page 14 du dossier, selon laquelle "Seules les observations relatives à la seconde partie du dossier de concertation pourront être prises en considération", qui permet de jeter un voile pudique sur nombre de questions d'urbanisme urgentes et importantes que BM a oublié ou choisi d'oublier est bien dans l'esprit d'une concertation démocratique.
    Faudra-t-il une "Affaire du siècle" brestoise pour que les sujets d'aménagement importants soient "pris en considération" ?

  • Posté le 04 février 2021 à 16h18 - Michel R.

    Bonjour
    L'avis de Brest à Pied et à Vélo sur la révision de 2019 du PLUi n'ayant pas été pris en compte reste donc valable et applicable. Je vous le joins en attendant la rédaction d'un avis mis à jour des évolutions du contexte (dans lequel il nous semble utile de considérer, outre l'accélération de la dégradation environnementale, le SRADDET et la COP Breizh, mais aussi le jugement du Conseil d'Etat sur l'Affaire du Siècle).
    Michel Roudot


    BaPaV_PLUi_V1_01.pdf (pdf 97Ko)
  • Posté le 04 février 2021 à 14h19 - Alain L.

    Bonjour,
    Serait-il possible d’avoir dans ce document la signification des sigles en majuscules, genre AUC, etc. Merci et en plus ça donnera moins l’impression que ce document s’adresse à un entre soi un peu pénible. Une concertation publique doit être compréhensible par tout le monde, me semble-t-il !
    Merci beaucoup!
    Alain Lasseigne

  • Posté le 03 février 2021 à 09h42 - gilles k.

    Gilles Kerlidou
    Ancien président du conseil de vie sociale du SIVU des Rives de l‘Elorn.

    Objet : Modifications PLU Brest Métropole - Concertation préalable.

    Je demande que soit intégrée à la consultation en cours l’annulation de l’ouverture à l’urbanisation de la parcelle de la rue du Rody au Relecq-Kerhuon destinée à la construction d’une nouvelle maison de retraite.

    Je rappelle que ce projet a fait l’objet en 2016 d’une parodie d’enquête publique, avec une publicité à minima sur la commune, qui n’avait recueilli que l’avis de deux habitants. Le commissaire-enquêteur avait conclu favorablement à cette ouverture à l’urbanisation avec une réserve vitale sur les accès à la parcelle. Celui-ci déclarait en particulier (p.10 du rapport) qu’ « il n’est pas concevable d’ouvrir cette zone à l’urbanisation tant que l’accès ne sera pas sécurisé ». Or il est évident, et même pour un gamin de douze ans, qu’il n’existe aucune solution d’accès viable apte à assurer la sécurité et le fonctionnement courant d’une maison de retraite dans cette rue. Brest Métropole a validé ce projet en bottant en touche de façon cavalière dans sa délibération du 16/12/2016. Il y est précisé qu’ « en ce qui concerne les conditions d’accès à la parcelle, un dispositif adapté dans le cadre de la définition du projet sera défini ». Quatre ans plus tard cette réserve, dont la résolution est fondamentale à la concrétisation du projet, n’a toujours pas été levée et ne le sera jamais car il n’existe aucune solution technique viable pour y remédier.

    Je demande par conséquent l’annulation de la décision du 16/12/2016 relative à l’ouverture à l’urbanisation de la parcelle de la rue du Rody et la rétrocession à bilan financier nul de cette parcelle acquise par la mairie du Relecq-Kerhuon auprès de Brest Métropole pour un montant de deux cents mille euros.

    La crédibilité de Brest Métropole, de la mairie du Relecq-Kerhuon, du SIVU des Rives de l’Elorn et du conseil départemental est sur la sellette dans cette affaire ! Vous avez tous des comptes à rendre aux résidents, à l’ensemble du personnel et aux familles de la résidence Kerlaouéna et plus généralement à l’ensemble des habitants de la commune qui sont roulés dans la farine depuis maintenant plus de quatre ans avec un projet totalement fantaisiste malgré le besoin urgent avéré.

    Et comme ce processus d’enquête publique doit durer encore un an, il vous appartient dès à présent de mettre les bouchées doubles pour trouver enfin un nouveau terrain viable et digne d’abriter les grands anciens de la commune.

    -/-

Vous aussi, donnez votre avis

Dernière mise à jour le :