Projet alimentaire métropolitain

Projet alimentaire métropolitain: et si on mangeait mieux ?

Brest métropole élabore actuellement son projet alimentaire de territoire, avec les acteurs de de terrain, du producteur au consommateur. Objectif : développer une offre alimentaire locale et saine, pour le plus grand nombre.

Publié le

Les habitants de Brest métropole auront l’occasion de donner leur définition du “bien manger” dès le 7 juillet, lors du pique-nique insolite des Ateliers des Capucins. Des animations en lien avec l’alimentation y seront proposées, et un stand d’information de la collectivité permettra à ceux qui le souhaitent de répondre à une question simple : « Bien manger, c’est quoi pour vous ? ». 

Terre urbaine et agricole

Cette première action de terrain, qui en appellera d’autres dès la rentrée, s’inscrit dans le cadre du projet alimentaire métropolitain, retenu par le ministère de l’agricultureà la suite  d‘un appel à projet du programme national pour l’alimentation.
« Le travail se base sur trois axes. Brest métropole est urbaine, mais comprend aussi des terres agricoles, et il y a là un lien à renforcer. La mobilisation citoyenne sur ces questions est ici forte. Et, au vu de nos compétences en matière de numérique, il y a une vraie opportunité à construire une plateforme numérique qui faciliterait justement le lien entre les acteurs de l’alimentation sur notre territoire », explique Nathalie Chaline, conseillère de Brest métropole et coordinatrice du projet. 

Mieux répondre aux attentes

Ces derniers mois, un premier travail de diagnostic a été réalisé, qui permet déjà de mettre en évidence les richesses du territoire en matière d’alimentation. De la variété de productions (lait, porc, légumes, volailles…), à la montée en puissance des circuits courts, en passant par des marchés de producteurs qui gardent un belle place, Brest métropole dispose de nombreux atouts pour assurer à ses habitants une alimentation qui corresponde à leurs aspirations. « On sait que les gens veulent de plus en plus se nourrir sainement, avec des produits cultivés localement. A nous de trouver comment mieux répondre à cette attente, pour tous », indique l’élue. 

La parole aux habitants

Le projet alimentaire, qui réunit également l’expertise de représentants du monde agricole, de l’industrie alimentaire, de la distribution et des associations citoyennes, à travers un groupe de “formulateurs”, va progressivement s’enrichir, avec la contribution souhaitée du plus grand nombre.
A l’automne, une concertation en ligne sera ainsi proposée sur Jeparticipe, et les avis des habitants seront sollicités sur de nombreuses manifestations ( Festival de la soupe, forum Climat déclic, semaine de la santé…).
L’ensemble de ces contributions permettra de bâtir un premier plan d’actions attendu pour la fin de l’année, avec un objectif clair : « Faciliter une meilleure alimentation pour tous sur notre territoire », résume Nathalie Chaline.