Registre numérique

Le projet de liaison Nord Lambézellec est un projet qui intéresse l’ensemble des habitants de Brest et des communes limitrophes, ainsi que les usagers des différents équipements majeurs présents sur le territoire. En lançant la concertation publique, Brest métropole veut donner la parole à chacun et s’appuyer sur l’expertise citoyenne pour explorer toutes les solutions envisageables.

20 avis

  • Posté le 03 mai 2021 à 15h12 - OLIVIER G.

    Bonjour,

    Lors de la conclusion des ateliers, les responsables avaient précisé qu'un autre scénario était actable, celui de ne rien faire. En quelque sorte, que la décision pouvait être de ne pas aller plus loin sur ce projet.

    Brest Métropole peut-elle confirmer que ce potentiel scénario 0 existe bel est bien et qu'il fait parti des études de cette concertation? Les cas échéant, pourquoi ne figure-t-il pas plus clairement dans le dossier?

    Bien cordialement

  • Posté le 03 mai 2021 à 11h08 - Vincent G.

    Bien le bonjour,
    Vous trouverez en pièce-jointe une réponse collective du collectif Brestois pour une liste citoyenne en lien avec le projet de voie de liaison Nord Lambézellec.
    En vous souhaitant une bonne réception, citoyennement, Vincent.


    20210418_b2lc_concertationrestic.pdf (pdf 678Ko)
  • Posté le 02 mai 2021 à 19h15 - gérard c.

    Après le fiasco du dossier initial la métropole remet à l’ordre du jour ce projet qui finira peut être un jour par aboutir. La parole est donnée à la population pour une énième concertation. On voudrait être certain de la sincérité de la démarche. Or certaines décisions sèment le doute et pourrait laisser à penser que dans l‘esprit des décideurs le choix est déjà fait, à savoir le scénario 6.
    Pourquoi le projet évolue t’il sans explication de voie de contournement en voie de liaison. On pourrait dire qu’une voie de contournement est nécessairement aussi de liaison alors qu’une voie de liaison n’est pas nécessairement aussi de contournement.
    Dans la présentation du projet la métropole laisse à penser que les 6 scénarios émanent des groupes de réflexions. Or ceux qui ont assisté à la réunion de restitution de janvier 2020 se souviendront que le 6ième scénario (scénarios 2 et 4) a été rajouté à la demande express de la métropole.
    Ce scénario 6 qui utilise les voies existantes revient à chercher à répartir sur le plus grand nombre la nuisance sonore et la pollution atmosphérique générée par l’explosion des flux de circulation dans des voies déjà bien urbanisés, et qui n’ont pas été conçues pour devenir un bd de l’Europe bis, pas plus d’ailleurs que les scénarios 2,3 et 4.
    Pourquoi le projet initial, retoqué aux dires de la métropole uniquement pour une question de forme, qui était considéré comme le plus pertinent, qui intégrait de conséquentes mesures d’insertion environnementale de nature à bonifier l’état écologique du site, n’a-t-il pas été repris en mettant la forme qui va bien. Les intérêts particuliers de quelques uns prévalent ils sur l’intérêt général ?

    On peut tourner le projet dans tous les sens il apparaît assez nettement que le site du Restic reste objectivement la solution la plus favorable ou la moins mauvaise des solutions.

  • Posté le 02 mai 2021 à 00h10 - Sophie G.

    Bonjour,
    L'offre crée la demande, c'est la règle. C'est-à-dire ici que plus on facilitera les déplacements en voiture, plus les gens se déplaceront en voiture. Il est plus que temps d'en terminer avec le "tout voiture" à Brest (et ailleurs !). Pour cela, ne pas essayer de remédier aux difficultés liées à l'utilisation de l'automobile, mais favoriser les autres modes de déplacement et mener des campagnes d'incitation afin de convaincre les gens de renoncer au projet du sacro-saint pavillon à la campagne éloigné du lieu de travail, de la scolarité des enfants, des loisirs...
    Arrêtons de massacrer les espaces naturels pour construire des routes, source de pollution atmosphérique et d'émissions de CO2, ou des zones commerciales, sources de surconsommation et de gaspillage.
    Notre environnement fragile est déjà en grave danger, et nous avec, il est URGENT de changer de modèle. Cette consultation me paraît donc totalement hors-sujet.
    Sophie Guézennec

  • Posté le 01 mai 2021 à 19h13 - claude A.

    Pourquoi à nouveau proposer une hypothèse qui remet en cause la protection de la vallée du Restic ?
    Il faut protéger cette vallée en créant un périphérique extérieur à la ville d'autant que la métropole à multiplier les zones d'activités commerciales ou d'activités qui ne trouvent pas d'occupants...

    Espérons qu'à contrario de tout ce que la métropole - et surtout son service urbanisme - fait en matière de concertation , il soit décidé de protéger la vallée du Restic.

  • Posté le 01 mai 2021 à 12h56 - Catherine D.

    dans le monde d'avant, il y avait effectivement embouteillage sur le Bd de l'Europe aux heures de pointe.
    Or, dans le monde d'après une foule de personnes vont télétravailler. il y aura donc nettement moins de véhicules à circuler sur cet axe, facilement 20% de véhicules en moins.
    Nous voyons actuellement qu'il faut défendre notre environnement car celui-ci nous protège. Donc, pas de projet n°1 qui signe la destruction de la vallée du Restic. Dans le souci d'une urbanisation responsable à la fois sur les aspects humains, économiques et écologiques, je penche pour le 6ème scénario, qui pourrait fluidifier le trafic sans nuire à ce si précieux cadre.

  • Posté le 30 avril 2021 à 15h36 - olivier S.

    Les scénarios 3,4 et 6 ne sont adaptés pour faire passer un trafic routier important car la rue de Loscoat est très urbanisée avec de nombreux lotissements à proximité et donc une densité de population importante. Pourquoi, à l’inverse, ne pas faire passer le bus à haut niveau de service par cette rue depuis le bourg de Lambézellec en poursuivant jusqu’au premier rond point de Keraudren (au niveau du Leclerc drive actuel) permettant ainsi aux brestois prenant le transport en commun un accès facile à la zone de Kergaradec et un rapprochement avec l’arrêt du Tram porte de Gouesnou ?
    Enfin une bretelle d’accès à la voix express dans la zone de Kergaradec au niveau du rond point près du restaurant Del Arte n’est pas envisageable car cette zone commerciale est déjà fortement engorgée. Le scénario 5 est trop onéreux.
    J’opte donc pour les scénarios 1 ou 2 avec une préservation environnementale maximisée.

  • Posté le 28 avril 2021 à 17h49 - François L.

    Quelle histoire...
    Ce contournement n'en finit pas de faire des vagues.
    Ne faudrait-il pas, une bonne fois pour toutes, aménager une rocade par l'axe Gouesnou-Saint Renan, comme ça avait été envisagé antérieurement.
    De plus, quand on voit toutes les zones industrielles et commerciales qui se développent dans le secteur de Guipavas, on peut se poser la pertinence de ce contournement, d'autant que le télétravail ( sensé perdurer partiellement) devrait tant soit peu réduire, de 5 à 10% ?) la circulation aux heures de pointes.
    Toutes les solutions présentées ont leurs avantages et surtout leurs inconvénients. Et j'avais cru comprendre qu'une vraie écologie se devait d'être prise en compte Où est-elle dans ce dossier?

  • Posté le 28 avril 2021 à 12h15 - Eric G.

    Bonjour,

    Tout d'abord, je salue cette consultation qui permet à chacun de s'exprimer sur le projet de liaison Nord-Lambézellec.

    Riverain de la rue de Loscoat, je suis un "utilisateur" quotidien de la vallée du Restic. Trouver à quelques centaines de mètres de mon domicile cette trouée verte est un vrai plaisir. C'est un morceau de campagne perdu au milieu d'un environnement citadin en nette expansion. La vallée communique aussi avec nombre de circuits de randonnée, au nord de Brest. Nombreux sont les promeneurs et sportif à s'y croiser, parfois s'y rencontrer. Je comprends pourquoi beaucoup se battent depuis si longtemps pour la préservation de ce milieu humide et je contemple avec respect leur engagement pour la défense de ce site rare. Le projet n°1 est la destruction de la vallée du Restic. Ce ne serait ni une première, ni une dernière dans un processus d'urbanisation, mais c'est irréversible.

    J'affiche aussi beaucoup de circonspection, concernant le projet de tunnel. Le coût me paraît absolument prohibitif et l'impact sur le milieu, en particulier au niveau des rampes, est peu clair. L'entrée Est se situe sur une des sources du Restic (préserver la vallée, mais l'assècher). L'entrée Ouest (Kerizac) longe l'implantation EDF, éborgne la frange ouest de la vallée. Je pose aussi la question de l'intervention des secours dans un tunnel d'une longueur kilométrique. Les capacités humaines et techniques des sapeurs-pompiers sont-elles en adéquation avec un tel ouvrage ? Enfin, un tunnel, c'est une contrainte de gabarit qui n'est pas exposée ici. Quid des véhicules hors gabarit ?

    En même temps, je ne peux que constater combien la circulation peut devenir dense sur l'avenue de Loscoat, phénomène accru par l'actuel couvre-feu, hâtant le retour des travailleurs de l'Est vers l'Ouest. Sur cette portion, les temps de trajets sont accrus par un minutage perfectible du feu de circulation Loscoat/Tromeur, provoquant à l'heure du dégagé un stockage pénible à l'est de ce carrefour. Les aménagements prévus sur les projets 3 et 4 (donc également 6) sont de nature à fluidifier le transit sur cet axe.

    Le scénario n°2 soulève la question de l'impact direct sur les habitations riveraines de l'axe Keraudren / Tromeur. Elles sont certes peu nombreuses, mais un élargissement des voies actuelles risque de gêner. Pour autant, cette route est déjà une alternative à la traversée citadine et connait aujourd'hui peu de problème d'engorgement (plutôt de vitesse excessive des usagers, mais c'est une autre histoire).

    En synthèse, dans le souci d'une urbanisation responsable à la fois sur les aspects humains, économiques et écologiques, je penche pour le 6ème scénario, qui pourrait fluidifier le traffic sans nuire à ce si précieux cadre de vie.

    Enfin, la présente consultation concerne uniquement cette fameuse voie Nord de Lambézellec. Je rejoins pour autant nombre d'avis qui doutent de la pertinence de travaux qui ramènent tous le même flux de circulation sur le Bd de l'Europe, entre le Spernot et le pont de la Villeneuve. Gagner ici quelques minutes pour les perdre plus loin est un problème de flux pour accordéoniste. La ville de Brest, la communauté de communes de Brest-Métropole, le département du Finistère et la région Bretagne pourraient convenir d'un projet plus ambitieux de contournement.

    Avec mes aimables salutations.

  • Posté le 27 avril 2021 à 11h55 - OLIVIER G.

    Je rejoins certains contributeurs et le doute émis sur le périmètre de ce projet. La réflexion initiale sur le contournement nord de l'agglomération date de plusieurs décennies. D'ailleurs, ce n'est pas anodin d'avoir renommé ce projet de contournement en projet de "voie de liaison". Car en effet le contournement n'est plus. Depuis des années, la métropole s'étend, à l'ouest, à l'est, au nord. ce n'est pas forcément négatif, cela témoigne aussi d'un certain dynamisme du territoire, nous n'allons pas nous en plaindre. Il est donc pertinent de vouloir améliorer les échanges entre l'est et l'ouest via le nord, cela en prenant en compte les différents modes.

    Le problème, c'est que ce projet, peu importe les scénarii, ne facilite pas les échanges entre l'est et l'ouest. En effet, l'est de l'agglomération ne s'arrête pas au Spernot. Il y a encore un paquet de kilomètres avant d'atteindre le technopôle ou bien Plouzané. On va donc faciliter/inciter les gens à venir s’engouffrer dans un goulot d'étranglement constitué par le carrefour des 4 vents (Caugant) en le pont de la Villeneuve. Quel est l'intérêt de faciliter l'entrée dans Brest jusqu'au rond-point du spernot pour créer un cauchemar de circulation en aval ???

    Non, ce projet doit prendre en compte les évolutions des dernières décennies et les prochaines. Brest Métropole doit travailler un projet plus large avec la région et le département afin de proposer un véritable contournement au niveau de la Départementale 67 entre l'aéroport et Saint-Renan et aménager des accès facilités aux différents points de l'agglomération. Trop de temps à passer depuis la genèse de ce projet initial, la ville a trop changé, les habitudes aussi, il est devenu obsolète. Il ne faut pas s’entêter et travailler en priorité sur l'amélioration du cadre de vie, la sécurité, le confort.

  • Posté le 27 avril 2021 à 10h48 - philippe E.

    Dans le cadre de cette consultation, j'exprime mon choix pour le projet N°1, le plus pertinent tant en terme économique qu'environnemental. La collectivité fera nécessairement un traitement attentif du site au vu des mobilisations partisanes. L'enjeu collectif prime sur les intérêts individuels à mon sens. Certes il existe des nuisances à un tel contournement mais la population croissante générée par l'urbanisation importante du nord de Brest nécessite la prise en compte d'un plan de circulation aujourd'hui obsolète.
    La métropole est pleinement dans son rôle en permettant l'expression des voeux des citoyens, en réalisant des études d'impacts, en proposant des scénarii alternatifs. Il demeure un coût pour les habitants qui nécessite de prendre en considération les enjeux financiers importants. Ne serait-il totalement déraisonnable de créer un tunnel pour le confort du plus petit nombre ?

  • Posté le 27 avril 2021 à 07h57 - jp Z.

    Bonjour,

    Une petite erreur à signaler dans les plans d'abord:
    La nouvelle infrastructure qu'est le barreau de Keraudren s'est transformée magiquement en aménagement sur place dans le scenario 4.
    Ensuite pour tous les habitants au nord de l'échangeur de Kergaradec (Gouesnou, Bourg-Blanc, les Abers, etc. ), les scenarii comprenant ce barreau manquent cruellement de précision sur la jonction dans le sens Ouest-Est avec la D112/échangeur puisque apparemment (cela n'est pas précisé), ce barreau est à sens unique Est Ouest.
    Comme indiqué au début ces projets sont là pour fluidifier le trafic Est Ouest le matin, les véhicules continueront à emprunter le Boulevard de l'Europe le soir dans l'autre sens ou pire puisque report du trafic de celui-ci le pont au dessus de la RD 112 (Desfossés/Paulet) où c'est bien connu il n'y a personne à 17h30?
    Je vous remercie de ces précisions.

  • Posté le 26 avril 2021 à 20h10 - Laurent R.

    Je ne comprends pas pourquoi cette étude ne va pas plus loin que la ville de Brest? En fait, pourquoi ne pas dédoubler la route Saint-Renan - Gouesnou, et faire des accès vers la ville de Brest, avec des "portes", faire une vrai "rocade de Brest", ça permettrait aux habitants de Plouzané, Saint Renan et Guilers, + les villes cotières de l'iroise (Le conquet, Ploumoguer, Locmaria) de pouvoir se rendre vers l'Est sans encombre, ou avec moins d'encombre...Et ce serait peut-être un peu moins couteux?
    Merci

  • Posté le 20 avril 2021 à 15h21 - André C.

    PROJET DE LIAISON EST-OUEST

    Il est plus qu 'urgent de désengorger le bd de l Europe sursaturé aux heures de pointe et en particulier le carrefour de la rue Théodore Botrel / bd de l Europe qui est devenu , avec ,
    un arrêt de bus classique
    un arrêt de recharge de bus électrique
    et une installation de lavage industriel ,
    les trois en face à face , une véritable gare routière infernale .

    Aussi , afin de ne pas reporter sans cesse le problème du transit Est-Ouest récurrent , il serait de bon sens d'adopter une solution viable à long terme , économiquement raisonnable et ayant un impact limité sur l environnement , en particulier la vallée verte .Or pour répondre au problème toute solution de long terme passe par le rond point du Tromeur .



    Des scénarii techniques proposés qui ont tous un impact il faut donc procéder par élimination :

    le nr 1 impact fort sur l environnement , coût raisonnable mais report du problème à court terme

    nr 2 impact limité sur l environnement , coût raisonnable , problème réglé pour un bon moment , évolution ouverte vers le nord et l ouest à partir du rd point du Tromeur .

    nr 3 impact fort sur une zone urbaine dense , coût très limité , problème reporté à court terme

    nr 4 identique au nr 3

    nr 5 coût pharaonesque avec impact environnemental , problème reporté sans évolution simple possible

    nr 6 double scénario répartissant les impacts nuisibles avec un coût raisonnable

    De différents maux choisissons donc le moindre soit le scénario nr 2 .

    André C.

  • Posté le 20 avril 2021 à 15h18 - André C.

  • Posté le 14 avril 2021 à 22h40 - josée c.

    Au regard des objectifs de ce projet :
    - Mieux se déplacer entre l’est et l’ouest,
    - Améliorer les conditions de dessertes des pôles de soins,
    - Sécuriser le bd de l’Europe en délestant une partie du trafic actuel et améliorer le cadre de vie des riverains.
    Il est incontestable que les scénarios 1 et 5 sont les plus pertinents. La synthèse des enjeux et évaluation comparée le met parfaitement en évidence. Ils apparaissent les plus favorables tant au niveau de l’amélioration des échanges est/ouest que des impacts sur le cadre de vie des riverains potentiellement concernés par le projet.
    Sur ce dernier point, si l’un des autres scénarios (2, 3, 4 ou 6) était mis en œuvre, il n’aurait pour conséquence que de transférer les problèmes. On ne peut pas vouloir améliorer la sécurité et le cadre de vie des riverains du bd de l’Europe, en détériorant ceux d’autres riverains, en l’occurrence des rues de Kervao, Kerleguer, Loscoat, Tromeur. Sauf à ce que la métropole a pour objectif inavoué pour régler la question de répartir la nuisance sur un plus grand nombre.
    Donc la solution est à choisir entre ces 2 scénarios avec une préférence, malgré un coût plus élevé, pour le projet de tunnel qui impacte le moins l’environnement et préserve le mieux la santé des populations.

  • Posté le 12 avril 2021 à 17h50 - Richard D.

    Bonsoir,

    réponse à Paul M.

    non, il ne s'agit pas de donner un accès fluide du nord vers l'ouest, mais bien de l'Est/Ouest (et vice versa).

    Voir ci-dessous ce qui est écrit mot à mot en introduction du dossier :

    "Depuis de nombreuses années, les habitants de Brest métropole sont confrontés à des difficultés de pour relier l’Est à l’Ouest du territoire. "

    sinon, oui, je suis d'accord, c'est le projet 1 qui récolterait le moins d'opposants car il est le moins peuplé. c'est pour cela qu'il avait été retenu précédemment et qu'il ne faudrait pas qu'il le soit cette fois encore.
    dans cette étude seuls les riverains humains sont consultés. les riverains non humains qui vont eux disparaitre tout simplement ne le sont pas. il s'agit des tous les oiseaux, les grenouilles, lézards et autres habitants de la vallée du Restic. ils n'ont pas internet et ne savent pas écrire .... donc nous ne jouons pas à armes égales avec eux.

    Je me fais une autre réflexion => dans le monde d'avant, il y avait effectivement embouteillage sur le Bd de l'Europe aux heures de pointe.
    Or, dans le monde d'après une foule de personnes vont télétravailler. il y aura donc nettement moins de véhicules à circuler sur cet axe, facilement 20% de véhicules en moins.
    Lorsque l'on sait qu'un embouteillage est provoqué par 5% de véhicules en plus sur un axe chargé, qui passe ainsi de très chargé à complètement bloqué, dans le monde d'après ces problèmes de surcharges devraient être largement réduits.
    donc si l'on prend en considération cette nouvelle donne, si cela se trouve le projet n'a peut être que très peu de justification, voire plus du tout ?

    Merci en tous cas à Paul M., de s'être exprimé, c'est toujours constructif :-)

    Richard

  • Posté le 12 avril 2021 à 15h14 - Paul M.

    Le projet doit permettre un accès fluide entre le nord et l'ouest. Il doit également préserver au maximum les riverains.
    Le premier projet via le Restic permettait un accès rapide tout en préservant les riverains .
    Ce projet reste, à mon sens le meilleur. Sous la forme d'un tunnel il serait encore plus direct et moins impactant.
    Tous les autres scénarios génèreront une dégradation du cadre de vie des riverains et des itinéraires avec plus d'intersections et donc une fluidité réduite.
    Sinon tout a fait d'accord avec G Corre et la rue de Kerleguer qui est maintenant devenue un raccourci entre Kergadarec et le rond point du Spernot .

  • Posté le 12 avril 2021 à 10h20 - Richard D.

    Bonjour,
    voilà encore ce projet qui revient et qui me tire soucis comme à beaucoup d'autres personnes.
    je suis bien inquiet pour notre belle vallée du Restic.

    sans trop noircir le tableau notre quartier Lambézellec nord souffre de beaucoup de nuisances :
    1) nous sommes à l'Est de la centrale d'incinération et bénéficions des nuisances dues à la fumée et aux retombées de cendres lorsque les vents sont à l'ouest
    2) nous sommes survolés pas les avions qui atterissent (ou décollent) à Guipavas
    3) nous sommes à proximités du grand transformateur de Brest Nord et des lignes à haute tension
    4) nous n'aurons donc pas le tram ... mais un bus à "haut niveau" (?) de service
    5) nous n'avons pas d'aménagement de type bois de Keroual ou vallon du Stangalar ... et pourtant il y a un beau vallon qui comme par hasard n'a jamais fait l'objet d'aucune valorisation ... bien au contraire ! le vallon du Restic est laissez à l'abandon depuis des dizaines d'années :-(

    et il me semble que l'on veut ajouter à cela une route a fort niveau de circulation dans notre secteur ....
    merci bien.

    le trafic Est/Ouest bloque seulement en début et en fin de journée, lorsque les gens qui habitent à l'Est de Brest (Brest Est, Gouesnou, Plabennec, Lesneven, Landi, Morlaix, Plougastel, Le Relecq ....) vont travailler sur le Technopole (IFREMER, Thales, Ecoles supérieures ... )
    je pense que la solution est de voir plus grand, de prendre du recul, de laisser tranquille Lambézellec Nord, et de réfléchir à la solution d'un vrai périphérique à la ville de Brest. il faut arrêter de penser petits bras et de solutionner vraiment le problème.
    toutes vos solutions de toutes façons continuent à concentrer le traffic sur le pont de la ville neuve et ne suppriment pas ce point de blocage.
    de plus, comment penser à réduire les voies du Bd de l'Europe de 2 à 1 ? Ceci pour améliorer le trafic dans Brest ? cela ne parait pas sérieux du tout.

    Il manque donc à ce projet au moins une hypothèse : créer un vrai périphérique à Brest !
    Arrêtons de nous acharner sur Lambézellec Nord et prenons de la hauteur sur le problème. Rendons enfin ce quartier agréable, nous payons des impôts ici aussi ;-)

    A votre disposition pour échanger sur le sujet, pourquoi pas intégrer un groupe de travail, bon courage pour la suite, et prenez de la hauteur sur ce projet.

    Merci,

    Richard

  • Posté le 12 avril 2021 à 09h29 - gérard c.

    Le serpent de mer du projet de voie de liaison refait surface !
    Dans les scénarios 3 ,4 et 6 les enjeux humains mettent en évidence des problèmes liés au cadre de vie dans les rues Desfossés, Loscoat et Kervao. A l’évidence une rue a été encore oubliée, la rue de Kerleguer. Bien que la métropole continue à affirmer que cette rue reste classée en voie de desserte de l’urbanisation de Messoual, les chiffres relatifs aux flux de circulation sont sans appel. Aujourd’hui la part des véhicules en transit est environ 3 fois supérieur à ce qui été prévu par l’étude d’impact présentée aux riverains en 2016. A l’origine il était prévu une répartition de flux prévisionnelle de 2 véhicules en desserte pour 1 véhicule en transit. Or à ce jour la répartition est plus de l’ordre de 3 véhicules en transit pour 1 véhicule en desserte.
    Cette rue est devenue un raccourci au tronçon de la voie de contournement entre le rond point de la Hongrie et la rue de Kervao pour éviter le giratoire Messioual, particulièrement pour les ambulances, les véhicules d’entreprise ou d’artisans, mais pas que. Il faudra bien que la métropole admette une réalité que les riverains lui remontent régulièrement. On imagine que si l’un des scénarios 3, 4 ou 6 était retenu il aurait un impact certain sur le cadre de vie des riverains.
    Les riverains de la rue demandent donc à la métropole d’intégrer la rue de Kerleguer dans l’étude des enjeux humains liés au projet.

Vous aussi, donnez votre avis

Dernière mise à jour le :