Aménagement

Coeur de métropole, réinventons la ville

Brest métropole mène une démarche de réflexion urbaine pour inventer ensemble un centre-ville renforcé et attractif, véritable cœur battant de la ville de demain.

Concertation en cours

Type : Réglementée / Concertation simplifiée

Adresse : Situer le projet

Porteur de la concertation : Brest Métropole

Présentation du projet

Port du château, tramway, Capucins…. La mutation du cœur de Brest métropole est à l’œuvre depuis quelques années et les projets en cours de réflexion vont renforcer la dynamique.

La démarche « Cœur de métropole, réinventons la ville » propose de révéler la cohérence des projets et de les poursuivre en imaginant ensemble le cœur de la métropole dans 20 ans. Changement climatique, devenir des terrains du « Fond de Penfeld », des abords de la Penfeld, liaison entre ville haute et ville basse, liaison entre le port et la gare, quartiers en renouvellement urbain, qualité des tissus urbains et des espaces publics, évolution des modes de déplacement, des modes d’habiter et de travailler…. Ces sujets seront au cœur de la réflexion. 

Il s’agit, à partir des études en cours mais aussi des connaissances des acteurs locaux et des habitants, de renforcer le cœur de la métropole, pour conforter l’attractivité du centre-ville élargi au-delà de ses limites actuelles et capable de répondre aux besoins de ceux qui y vivent, y viennent, y travaillent, y investissent… aujourd’hui et demain.

Depuis septembre 2018, l’équipe de Studio menée par l’architecte-urbaniste Paola Viganò, anime la démarche qui conduira à la rédaction d’un plan-guide. Le travail s’appuie sur une large concertation avec les habitants, les usagers et acteurs du territoire. Des temps forts sont organisés et un espace d’exposition et d’échanges, aux Ateliers des Capucins, est dédié au projet. Des ateliers s’y déroulent au printemps 2019 pour que chacun puisse participer à la réflexion. Ensemble, réinventons le cœur de Brest métropole ! 

Les étapes du projet

Phase 1 / Diagnostics et images :

L’équipe Studio a entrepris un travail de prise de connaissance du contexte et des projets en cours, de récolte de contributions citoyennes sur la perception des acteurs du territoire sur leur ville : comment la vivent-ils ? Comment la voient-ils ? Comment la ressentent-ils ? Comment l’espèrent-ils ? 

Un travail spécifique est mené pour explorer les images et les imaginaires générés par la ville.  Ces éléments et un travail d’écoute des différents acteurs du territoire (habitants, élus, décideurs, techniciens..) conduisent à constituer les premiers éléments d’une vision pour le cœur de la métropole et la Penfeld.

L’ensemble du travail de diagnostic a fait l’objet d’une restitution publique le mercredi 24 avril 2019.

Pour en savoir plus sur les images de Brest, consulter le document « Travail sur les images générées par Brest » dans la rubrique « supports en téléchargements ».

Phase 2 / Dessiner la transition :

A partir de mai 2019, la démarche « Cœur de métropole » explore les potentialités concrètes que les éléments de réflexion issus du diagnostic peuvent déclencher, à travers la construction de « scenarios de la transition » imaginés sur des thèmes et des espaces stratégiques. Des promenades, ateliers de travail et temps d’échange ouverts au grand public seront organisés tout au long de cette deuxième phase.

Une première semaine de résidence, qui s’est déroulée du 18 au 24 mai 2019, a permis à 40 étudiants d’instituts d’urbanisme européens de se retrouver à Brest et de travailler avec 40 habitants pour dessiner la ville de demain. Une restitution finale des travaux de la semaine a eu lieu le vendredi 24 mai à la maison des projets.

Seconde semaine de résidence du 1er au 5 juin :

Travail collectif sur l’évolution des espaces publics, du bâti et des cœurs d’îlots brestois

En savoir plus sur cette seconde semaine de résidence 

Les avis et réactions

  • Posté le 21 août 2019 à 23h55 - Batrel .

    - Emplacement pour garer les vélos partout
    - Pistes cyclables partout
    - moderniser et colorer toutes les façades du centre ville
    - Rallonger le tram (outre ce qui a déjà été décidé) jusqu a l aéroport et le port, sérieusement économiquement, touristiquement et pour les habitants ça ferait une différence conséquente pour la ville. Aussi faire en sorte que la promenade le long des berges soit plus aisée, on ne sait plus par quel endroit rentrer ou sortir tellement c est cloisonné.
    - verdir la place liberté mais aussi mettre au goût du jour la mairie, le style stalinien n attiré pas (de quelle manière?...9
    - Recouvrance.... Améliorer son esthétique, on passe d un monde a l autre en traversant le pont quel dommage
    - place Strasbourg Améliorer son esthetique

  • Posté le 14 juin 2019 à 08h28 - Cendrine N.

    Quelques points qui me semblent importants :
    - reverdir le centre-ville, ajouter des fleurs, des arbres. il n'y a qu'à voir le succès de l'installation en été place de la liberté pour comprendre que cette place pourrait devenir un parc, les animations pourraient avoir lieu au parc à chaînes
    - continuer le développement des transports en commun, créer des lignes de banlieue à banlieue sans passer par le centre-ville
    - développer les pistes cyclables, en créant de vrais voies vélos sécurisées
    - rénover les halles Saint-Louis
    - créer des parkings à l'entrée de la ville avec des navettes (ou à proximité immédiate du tramway) pour inciter les gens à laisser leur voiture et à venir en ville
    - cesser le développement des zones commerciales en dehors de la ville, immense et incitant à l'utilisation des voitures
    - rendre l'aéroport accessible par le tram, il suffit de prolonger la ligne A
    - penser l'architecture urbaine de manière globale, fixer des règles permettant de rénover la ville harmonieusement. Privilégier en particulier les projets colorés

  • Posté le 05 juin 2019 à 10h57 - Kerserho .

    Bonjour,

    La ville de Brest manque d'infrastructures cyclables permettant de désengorger la ville des voitures. Voici plusieurs pistes pour améliorer la situation.

    - Création de deux "voies cyclables express". Celles si sont des voies à double sens séparées de la chaussée et ininterrompues. Le sentiment d'insécurité sur la route est un des 1e facteurs de non utilisation du vélo. Ces deux voies en axe nord / sud et Est-Ouest pourraient relier les espace d'habitations aux pôles d'emploi.

    - Les rues de Jean Jaures, Siam et Recouvrance n'ont pas d'infrastructures cyclables. Le résultat est que les cyclistes choisissent de slalommer entre les passants ou bien empruntent les voies de tramway. C'est aussi un élément repoussoir de se déplacer vers ces commerces.

    - La création de bandes cyclables sur le pont de recouvrance dans un sens sur un trottoir et dans le sens inverse sur l'autre permettraient d'éviter les collision avec les cyclistes et piétons lors des passages au niveau des piliers.

    Plusieurs exemples en France prouvent la corrélation direct entre infrastructures pour les vélo et nombre d'usager de la bicyclette. Ainsi pour Lyon , " Entre 2010 et 2015, des augmentations de 15% en moyenne par an ont été constatées. En 2016, le trafic vélo y a connu une hausse de 26% !" car
    "depuis 2015, le déploiement d’aménagements pour le vélo à Lyon a été de l’ordre de 60 kilomètres par an. Grâce à cela, la Métropole dispose aujourd’hui d’un impressionnant réseau cyclable. Avec ses 750 kilomètres, celui-ci fait partie des 3 premiers réseaux au niveau national"
    ( source : https://www.citycle.com/44652-villes-cyclables-developpement-velo-a-lyon/ )

  • Posté le 01 juin 2019 à 08h30 - BESSE .

    SECURISATION DE LA PLACE DE STRASBOURG (entre autres)
    il faut rendre cette place attractive avant qu'elle ne devienne un lieu sale, dégradé et
    infréquentable. Je demande la pose de caméras de surveillance non seulement pour sécuriser ce lieu de passages et de rencontres, mais aussi pour relever les infractions et incivilités multiples qui s'y déroulent ! non respect des feux de circulation, dépôt d'ordures, dégradation des espaces verts. Il y a de quoi renflouer les caisses de la commune très rapidement...

  • Posté le 31 mai 2019 à 16h46 - Plisson .

    Réflexions sur l'urbanisme d'une belle endormie...

    Brest, on n'y vient pas par hasard nous rappelait un grand navigateur. Brest, ses ports, une rade magnifique sans doute une des plus belle du monde, y compris pour le monde de la plongée loisirs et pourtant j'observe que cette ville de la mer tourne le dos à sa façade maritime. Brest, porte ouverte sur la mer d'Iroise et ses îles aux noms magiques, ses paysages fabuleux et changeants. Hélas, nous sommes aujourd'hui condamnés à regarder cette rade au travers d'un grillage, même les bateaux "poubelles" sont en zone protégées. Il y a seulement une quinzaine d'années, guère plus, c'était une belle promenade que de rejoindre la ville en longeant la mer du moulin-blanc, ce joli port aussi contaminé par la maladie du cadenas. Lors de cette balade on y rencontrait des familles qui passaient le dimanche à pécher, on se promenait autour des chantiers navals et des gros bateaux.
    C'est désormais terminé, même lorsque le Belem relâche au troisième éperon, des grilles des codes et tout le bazar tiennent à l'écart la populace. Pire, l'épi de saint-Anne du Portzic, ce lieu magnifique, sans doute la plus belle vue de Brest, où des générations de brestois apprirent à marcher et faire du vélo est désormais cadenassée. J'entends les raisons de sécurité, de sûreté, de protection des populations, de, de, il existe toujours une bonne raison pour interdire, je plaide pour qu'au minimum ce site soit ouvert les dimanche après midi. Fort de ces funestes observations vous me permettrez d'être particulièrement inquiet pour l'aménagement à venir du fond de la Penfeld, je crains que ce cœur historique, ce musée à ciel ouvert préservé par la marine ne disparaisse sous du béton dans une débauche d'immeubles de mauvais goût à l'image de cet escalier qui ne mène nulle part. Il y aurait pourtant intérêt à confier cet espace libéré aux chantiers du Guip, cette rare pépite portuaire capable de mettre des couleurs et de prolonger l'histoire de la Navale en ce lieu. Alors l'ascenseur urbain ou funiculaire, avec son code, ticket et son lot d'avaries à venir, vous me permettrez de passer mon chemin, de prendre le bus, de marcher et d'aller une nouvelle fois admirer la rade et rêver à une maison de la plongée, calquée sur la maison de la voile de Lorient pour exploiter cette autre pépite touristique qu'est le fond de la rade et du goulet – Bref, faites nous rêver..

    Quelques idées (non politiquement correctes).

    - Transférer les bateaux des services de l'état au port militaire,
    - Réserver le premier bassin aux bateaux du patrimoine,
    - Réaménager le troisième bassin (déplacement petite plaisance),
    - transformer l'ancienne criée en maison de la plongée,
    - Mener une vraie politique vélo avec des pistes dédiées,
    - Réinvestir les magasins en centre ville et figer les ZAC périphériques,
    - Créer des coopérations avec les grands musées nationaux,
    - Déplacer les phares et balises en zone industrielle,
    - Transformer l'espace libéré (phares et balises) en hôtel,
    - etc.
    PS : En outre, ne suis pas optimiste pour l'éolien.

  • Posté le 19 mai 2019 à 18h34 - Badiche .

    Bonjour. Il serait intéressant de continuer à développer le réseau des pistes cyclables dans Brest Métropole. Également réaliser une piste cyclable dans le vallon du Stang Alar de la rue de Paris à la plage du Moulin Blanc. Un grand merci pour votre attention. Véronique Badiche.

  • Posté le 18 mai 2019 à 17h18 - SANCEY .

    Retraitée Brestoise depuis 2011 très investit en bénévolat dans la ville, j'en ai marre d'entendre mes amis me dire ///////
    Ah tu habites Brest la ville où la place la plus moche de France // avec cet escalier qui ne sert a rien //////Je suis révoltée Alors pourquoi ne faire de cette place de Strasbourg la plus belle de France, et pas trop cher // Pas question d'enlever les escaliers mais les rendre plus attractifs, il y faut sur cette place plein de fleurs, de verdure, de couleur, des jolis dessins si c'était plus beau les couples de mariés iraient faire leurs photos sur les marches, et puis pourquoi ne pas peindre les façades des maisons comme dans les films /// c'est avec le tram un axe très passager qui mérite plus de respect ////
    Des plantes, de la couleur, et je ne suis pas rancunière car avec vos mini marches , j'ai chuté et mes suis cassée deux côtes ///// Alors laissons les mauvaises langues et déclarons que notre place de Strasbourg sera la plus belle de France. merci /// Jackline

  • Posté le 11 mai 2019 à 09h36 - Isabelle L.

    Bonjour
    Pourquoi ne pas créer des voies boisées et vertes qui répondraient le stangalar via la rampe du merle blanc....
    Dans le sens d une mise en valeur de la ville tout en alliant écologie.. ..au lieu de construire des téléphérique, ligne de tram ou autre ascenceur honteux et futiles....

  • Posté le 04 février 2019 à 12h49 - marie .

    bonjour,

    une chose qui serait benefique pour tout le monde, ce serait une surface commerciale ,p,rovisoire ou éphémere dediée aux créateurs qui hésitent à se lancer dans un bail 3,6,9 ans et qui veulent valider l'etape de leur projet en ayant un magasin ephemere pendant 3 mois par exemple.

    Le createur peux voir si son produit seduit le consommateur pendant cette periode, et arriver plus serein face a sa banque pour un financement pour la suite de son projet.

    La collectivité encourage la creation et une forme de dynamique commerciale avec 4 créateurs par an sur cet emplacement loué a un prix modique.

    Les propriétaires en centre ville louent peu en ephemere, et à des prix inaccessibles pour des crearteurs, Enfin Il faut un emplacement de qualité pour un maximum de chances.

    voila ma proposition cordialement

  • Posté le 17 janvier 2019 à 10h10 - KERMARREC .

    Bonsoir, dans la suite de l'échange d'hier soir, notamment sur la question de la Penfeld militaire, je pense que le terme "confisqué" employé hier à ce sujet est inadéquat et historiquement faux, car, comme l'a bien montré Jean Yves Besselièvre dans son exposé, c'est plutôt la puissance militaire qui pour ses besoins, (arsenal) a contribué au développement de la ville civile. Avec parfois d'ailleurs des conflits, comme le montre la période de l'annexion avec le Génie !!! Donc aborder la négociation avec la Marine avec ce genre de terme ne serait pas très judicieux !!!

    • Posté le 18 janvier 2019 à 12h05 - helene B.

      Bonjour,
      Le terme « confisquer » employé par un participant au cours de l’apéro urbain du 16/01 est en effet inadéquat et les représentants de Brest métropole n’emploient jamais ce terme au sujet de l’utilisation de la Penfeld par la Marine nationale. Il faut d’ailleurs rappeler que le transfert de la marine de commerce, civile, en dehors de l’estuaire de la Penfeld au XIXème siècle est issus d’un accord commun entre la ville et la Marine, pour des facilités d’usage de part et d’autres.
      Brest métropole - Direction des dynamiques urbaines

Commentaires

Contact