Développement durable

Révision du Plan Climat : s’engager ensemble pour le climat

Concertation en cours

Type : Réglementée / Concertation simplifiée

Adresse : Situer le projet

Porteur de la concertation : Brest Métropole

Présentation du projet

En adoptant en octobre 2012 son premier Plan Climat, Brest métropole s’est engagée dans la transition énergétique du territoire. Aujourd’hui, au terme de 6 années de mise en œuvre, ce Plan Climat doit être révisé pour amplifier la dynamique. Réduction des émissions de gaz à effet de serre, développements des énergies renouvelables, isolation des bâtiments, consommation locale, adaptations aux changements climatiques… les sujets traités par un Plan Climat sont vastes. Au vu des multiples enjeux et des changements de société qu’il implique, l’élaboration du nouveau Plan Climat se fera dans le cadre d’une large mobilisation citoyenne, où chacun pourra prendre part au débat et s’engager pour relever ensemble le défi de la transition énergétique.

Une première phase de concertation se déroulera à l’automne, pour partager les données sur le profil énergétique du territoire, les enjeux locaux qui en découlent, les premiers bilans du Plan Climat et fixer ensemble les orientations du nouveau Plan.

Tous concernés, tous engagés pour porter des solutions locales en faveur du climat !

Les étapes du projet :

  • Automne 2018 :
    partage des données et définition des orientations stratégiques
  • Hiver-printemps 2019 :
    Élaboration du plan d'actions
  • Été 2019 :
    approbation du 2ème plan climat et consultation du public

Les avis et réactions

  • Posté le 21 janvier 2019 à 23h11 - Agnès N.

    Bonjour,
    Un des sujets cruciaux et qui m'est très inquiétant, et non évoqué dans le Plan Climat de BMO est la préservation des terres agricoles et des zones naturelles protégées, qui se font grignoter insidieusement à Brest-même, voire même dévorer (surtout du côté de Guipavas par exemple).

    Autre sujet qui m'interroge : l'absence de navettes de bus entre les terminaux du tramway et les centres-ville des communes proches faisant pourtant partie de la Métropole.

    Le travail du Plan Climat est considérable, et doit faire s'adapter la Ville aux nouvelles données, sans s'enferrer et s'embourber dans de vieux plans datant de près de 50 ans et totalement dépassés aujourd'hui.

    Pensons d'abord à notre avenir !

  • Posté le 19 décembre 2018 à 13h42 - Thomas .

    Plan Climat
    Propositions de la CLCV de Brest

    1-Isoler l’habitat, lutter contre les passoires thermiques
    Dans le parc social, la situation a évolué très favorablement. Dans le parc privé, 1700 logements ont sollicité Energence. Le solaire se développe, etc. Pour autant d’autres chantiers doivent être mis en œuvre pour accélérer la rénovation énergétique des logements notamment privés:

    -les maisons des années 70-80 sont peu au pas isolées et ont souvent une toiture en amiante que les propriétaires commencent à changer (Cf à la Cavale blanche). Il nous semble nécessaire de prévoir une campagne de communication (par Sillage, par document adapté de Energence, par discussion avec les associations de consommateurs, etc. ) vis à vis de ces propriétaires de maisons individuelles sur la nécessité de l’isolation aux normes des greniers quand le toit en amiante est changé et du bardage isolant.

    -le parc privé comporte de nombreux logements qualifiés d’indécents. Suite au repérage par la cellule habitat indigne de Brest métropole, les services hygiène des villes et par les associations de consommateurs, des travaux sont demandés aux propriétaires. Il nous semble important que pour tous ces logements indécents qui sont quasiment tous des passoires thermiques, la métropole/les villes puissent faire un diagnostic thermique avec établissement d’un plan de travaux et de financement adapté proposé au propriétaire (aide ANAH, aide spécifique de la ville sous condition ?, etc.).

    -nous pensons qu’il est anormal qu’une copropriété puisse passer d’un chauffage collectif (fioul) à un chauffage individuel électrique sans isolation et ce, sans aucun dépôt de permis de construire. C’est un point réglementaire que nous souhaitons voir évoluer.

    -de même que Brest a réalisé une cartographie « solaire », ne peut-on pas imaginer une cartographie des passoires thermiques (DPE F et G) ?

    2-Développer les transports e commun et les déplacements doux :
    La première ligne de tram a largement fait ses preuves. L’effort doit être continué :

    -prévoir une deuxième ligne de tram de la gare à l’hôpital de la Cavale blanche

    -prévoir une ligne rapide et à haute fréquence en site propre de la place de la Liberté à Lambézellec

    -lancer une étude sur l’axe Tanguy-Prigent-Bd de l’Europe qui est totalement saturé aux heures de pointe : pourquoi pas un bus à certaines heures : moins de CO2 dans l’air et que les bus passent à l’électrique

    -programmer un plan vélo ambitieux pour rattraper le retard de la ville : continuité des pistes sur tous les grands axes, pistes pour entrer dans chaque quartier, plus d’anneaux, des abris pour vélos, etc. ,
    3-Renaturer la ville
    Brest est très bien classée pour la qualité de ses espaces verts. Pour autant compte tenu de l'urgence climatique :
    -suivant les recommandations du Conseil économique social et environnemental, renaturer la ville pour renforcer la biodiversité : confort thermique et effet sur la qualité de l’air et la gestion des eaux pluviales : parkings et sol végétalisés, toitures végétalisées, corridors verts de connexion entre les parcs et espaces verts aujourd’hui morcelés, etc.

    4-Préserver l’eau
    -laisser la pluie s’infiltrer directement dans le sols pour réduire la pollution et réduire l’engorgement des canalisations : parkings végétalisés, trottoirs, voir rues perméables, réduction des surfaces imperméables dans les maisons dans le PLU… A noter que plusieurs villes en France se sont engagées dans cet objectif (Douai : 20 % des sols perméables).

    -instaurer une tarification progressive de l’eau pour les usages domestiques de l’eau afin de lutter efficacement contre le gaspillage d’eau en accélérant la prise de conscience : un prix réduit pour les premiers m³, un prix normal pour une deuxième tranche, un prix majoré pour une troisième tranche, mais en tenant compte de la composition des ménages.

    5-Promouvoir la consommation durable, l’alimentation saine et bio
    -dans la restauration collective de la ville, faire la chasse aux perturbateurs endocriniens (Cf la campagne de la CLCV depuis 2017. Voir clcv-finistere).

    -dans la restauration collective de la ville, avancer sur la déplastification en abandonnant, chaque fois que c’est possible les matériaux plastiques qui sont fabriqués en pétrole, donc fossiles et peuvent provoquer des migrations de plastiques dans les aliments.

  • Posté le 18 décembre 2018 à 14h59 - Engrand .

    Bonjour, je souhaiterais participer, avec mon association, à cet appel à cahier d'acteurs, mais il nous manque plusieurs informations pour le faire de manière utile et constructive.
    Quelles sont les dates limites, pour déposer un cahier d'acteur ?
    Les questions posées, par rapport auxquelles il s'agit de développer un argumentaire sont-elles les mêmes que celles qui ont été proposées lors des ateliers citoyens du 1er décembre ?
    Comment ces cahiers d'acteurs vont-ils s'articuler avec les autres modalités du débat, en termes de calendrier (partage des données et premières orientations stratégiques) ?
    Est-il prévu par ailleurs de porter à la connaissance du public la richesse des matériaux produits lors des ateliers du 1er décembre ?
    Merci d'avance, pour vos éléments de réponse.
    Cordialement,
    Claire Engrand, (Réseau des citoyens du climat, et Collectif pour une transition citoyenne en pays de Brest).

Commentaires

Voir les cahiers d'acteur de ce projet

Vous êtes une personne morale (association, groupe d’usagers, institution...) et souhaitez créer un cahier d’acteur ?

Agenda du projet

Contact